5, Rue de Gutenberg - 15000 Aurillac

11, Avenue de Fondeyre - 31200 Toulouse

n'hésitez-plus

CARRY WEB est à votre écoute !

actualités

 

Retrouvez régulièrement des extraits de l'actualité du numérique selon plusieurs catégories de contenus. 

Réseaux sociaux

Liens utiles

 

Accueil > Actualités

"Le multimédia à portée de tous"

SUPPORT

11, Avenue de Fondeyre -
31200 Toulouse

5, Rue de Gutenberg -

15000 Aurillac

Rechercher un article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 Blog Législations Réalisations Nouvelles Technologies Cyber Sécurité SEO Navigateur Web Community Management

E-commerce : 14 grandes tendances à prévoir pour 2023

15/01/2023

E-commerce : 14 grandes tendances à prévoir pour 2023

Au troisième trimestre 2022, les ventes sur internet approchent les 36 milliards d’euros en France, + 16,8% en un an. Ce secteur, qui a connu une croissance constante au milieu de la pandémie du coronavirus, semble continuer sur sa lancée malgré l’allégement des mesures sanitaires.

 

Toutefois, comme le temps et les priorités des clients changent, le secteur doit envisager certaines transformations. Les e-commerces devront adapter leurs stratégies à l’évolution du comportement des consommateurs et aux scénarios en vogue sur le marché.

 

Quelles sont les tendances qui vont impacter le shopping en ligne en 2023 ? Partons ensemble à leur découverte !

 

1. L’intelligence artificielle toujours plus à la mode
 

L’intelligence artificielle est chaque année de plus en plus performante et impressionne à chaque nouvelle itération. On pressent que 2023 sera peut-être une année charnière pour le monde du e-commerce car si l’IA ne semble pas encore au niveau pour la rédaction web, elle a tout à fait sa place pour compléter un SAV ou un service client lorsque vos équipes ne sont pas disponibles comme le soir, la nuit ou le week-end.

 

La mise en place d’un chatbot conversationnel n’est plus un gadget en 2023 mais un véritable outil pour générer des leads ou des ventes. La tendance n’est pas prête de s’inverser et devrait même s’accélerer au cours de l’année.

 

Attention tout de même à l’utilisation de l’IA pour la rédaction de vos fiches produit. Si les résultats sont souvent saisissants, on se rend vite compte des petites lacunes de ces outils, aux expressions parfois répétitives et qui peuvent contenir des erreurs. De plus, quelle sera la réaction des moteurs de recherche face aux contenus générés automatiquement ? Nous ne le savons pas encore !

 

2. L’e-commerce à l’heure de l’écologie
 

63% des Français aspirent à consommer mieux. 77% d’entre eux sont même prêts à renoncer à des produits d’une marque dont les modes de production sont néfastes pour l’environnement.

 

Vos consommateurs suivent la tendance écologique, c’est donc l’heure de mettre votre e-commerce au vert ! Sachez que vos clients sont prêts à payer plus pour des offres écoresponsables.

 

Cela passe par le référencement de marques écologiques (voire bio), mais aussi par vos méthodes d’envoi. Les cyberacheteurs s’intéressent de près à vos modes d’emballages (utilisez-vous des packs recyclés / recyclables ? Évitez-vous le suremballage ?), aux transporteurs utilisés et à l’impact de votre logistique en général.

 

Si vous avez pris des initiatives écologiques, valorisez-le sur votre site marchand.

 

Montrez que vous êtes une marque engagée sur votre site ! Faites rédiger vos textes par des professionnels pour mettre en avant votre politique éco-responsable de manière claire et attirante.

 

3. Le boom du ReCommerce
 

Le ReCommerce, également connu sous le nom de commerce de seconde main, continuera sa renaissance l’année prochaine.

 

Cette tendance est majoritairement portée par la génération Z dont les membres s’identifient comme des consommateurs conscients prenant des décisions d’achat judicieuses. 74% des 18-29 ans préfèrent acheter auprès de marques durables et les achats sur le marché du ReCommerce répondent à ce critère.

 

Cela représente une opportunité intéressante pour les marques qu’on s’attend à voir ouvrir leur propre plateforme de ReCommerce.Recyclivre ReCommerce

 

4. L’e-commerce visuel en plein essor
 

L’époque du produit sur fond blanc ou shooté dans un studio est révolue ! Aujourd’hui, ce sont les visuels authentiques qui priment.

 

Parmi les tendances e-commerce 2023, on peut donc citer des fiches produits agrémentées de photos prises par les utilisateurs, de contenus interactifs, de vidéos engageantes et de Réalité Augmentée.
Si des marques comme IKEA ou Atoll ont déployé une expérience d’achat en Réalité Augmentée, ce n’est plus réservé aux grandes marques. En 2020, Shopify a lancé Shopify AR, une boîte à outils facile à utiliser qui permet aux entreprises de créer leurs propres expériences de Réalité Augmentée afin de présenter leurs produits aux clients. Et cela fonctionne : Shopify rapporte que les interactions avec des produits ayant un contenu AR ont montré un taux de conversion 94% plus élevé que les produits sans AR.

 

Il faut donc s’attendre à ce que davantage de marques tirent profit des capacités de la Réalité Augmentée en 2023 et que beaucoup plus d’acheteurs recherchent cette fonction pour prendre des décisions d’achat.

 

5. L’adoption de la vidéo par le service-client
 

La pandémie a influencé aussi bien l’e-commerce que la consommation vidéo. Désormais, les fameuses « visioconférences » font partie du quotidien des internautes… Même en dehors des réunions professionnelles !

 

Voilà pourquoi de plus en plus de services clients se dotent de la vidéo pour répondre aux questions des consommateurs.

 

Ces derniers peuvent faire connaissance avec leur interlocuteur, poser leurs questions en direct et bénéficier d’une démonstration live. Cette interaction, plus humanisée, est rassurante pour le cyberconsommateur. Il met un visage sur une boutique, tout en étant rassuré par son existence et son professionnalisme. Si une équipe répond en visio, c’est que l’e-commerce est fiable, solide et sérieux.

 

Cela peut aussi être l’occasion de faire visiter votre magasin, votre entrepôt ou vos bureaux à vos top clients. Et si vous saupoudrez le tout de Réalité Augmentée, le client peut même essayer certains articles. Une pratique très efficace pour le convertir !

 

6. Les chatbots vocaux à la place de centres d’appels
 

On vous a déjà parlé de chatbot comme tendance e-commerce. Mais saviez-vous qu’ils existent en version vocale ?

 

Proposer un chatbot vocal sur votre site marchand vous permettra de réduire vos dépenses tout en augmentant la productivité de vos équipes. Ce bot conversationnel est utile pour :

  • L’assistance technique : il répond aux questions les plus fréquemment posées.
  • Le télémarketing : il peut effectuer des appels auprès de vos clients ou prospects et vous aider à mieux qualifier votre base de données.
  • Les ventes croisées : il est capable de conseiller des produits, ainsi que des articles complémentaires.
  • Réaliser des enquêtes de satisfaction pour le département marketing.
     

Si le chatbot vocal éprouve des difficultés à répondre à certaines questions, l’Intelligence Artificielle peut mettre le client en relation avec un conseiller humain.

 

7. Des méthodes de paiement toujours plus rapides
 

Le paiement instantané est une tendance devenue incontournable avec la pandémie. Les consommateurs sont habitués au « sans contact » qui permet de régler ses achats en quelques secondes, sans démarche compliquée.

 

En e-commerce, cela se traduit par la mise à disposition de moyens rapides, mais diversifiés, pour vendre et recevoir votre paiement. L’acheteur veut fluidifier cette étape et éviter les process complexes.

 

Plusieurs solutions s’imposent alors aux boutiques en ligne pour accélérer le passage à la caisse :

  • Proposer des paiements en un clic avec Amazon Pay, Apple Pay ou PayPal Checkout par exemple.
  • Ne pas obliger à créer un compte.
  • Proposer aux utilisateurs de sauvegarder leurs données pour de futurs paiements.
  • Offrir des solutions de paiements échelonnés, surtout si vous vendez des produits onéreux.
  • Créer un bouton « commande directe » sur les fiches produits.
  • Faciliter la commande et le paiement depuis vos canaux SAV : visioconférence, chatbot et messagerie instantanée sont autant d’occasions d’envoyer directement un lien de règlement.
     

8. Le CRM est mort… Vive le CDP !
 

Le CRM permet de stocker et consulter les données client. C’est intéressant, mais incomplet. Il manque une stratégie, en amont, visant à récolter et analyser ces données. 2023 marquera donc l’essor des outils CDP (Customer Data Plateform) qui analysent l’activité de vos visiteurs.

 

Les plateformes CDP collectent les données en ligne et hors ligne. Ce qui permet aux e-commerces de dresser un portrait virtuel qui précise le comportement de leurs clients sur internet et en dehors. L’objectif est de mieux cerner leurs habitudes, leurs besoins, pour vous permettre d’affiner vos campagnes marketing.

 

Les CDP vous offrent des renseignements précieux sur les façons de déclencher vos notifications (emails, les pop-ups, la fenêtre de chat…) afin de maximiser les conversions. Vous obtenez également des données sur les performances de chaque canal de communication, ce qui vous aide à orienter votre stratégie digitale.

 

Cependant, l’ascension des CDP ne signe pas totalement la mort des CRM, mais s’impose comme un outil complémentaire pour réaliser des ventes omnicanales. Ce qui nous amène à la tendance e-commerce suivante !

 

9. Les ventes omnicanales
 

Les e-commerces foisonnent sur le marché, on ne vous apprend rien. L’avantage pour les consommateurs ? Bénéficier d’une offre diversifiée qui leur permet de comparer les prix et services offerts, afin de choisir l’option qui convient le plus à leurs besoins.

 

À noter que les recherches, comparaisons et décisions d’achats se prennent sur de multiples canaux. Les clients peuvent voir un produit dans un point de vente, puis consulter votre site web sur leur ordinateur et effectuer des recherches sur des comparateurs depuis une application mobile. Ils décideront ensuite de l’endroit où conclure l’affaire.

 

Pour faire face à la concurrence et booster vos ventes, vous devez occuper le terrain. Si ce n’est pas déjà fait, pensez à répartir l’expérience d’achat sur plusieurs plateformes :

  • Ajoutez une boutique sur vos pages Facebook et Instagram ;
  • Uploadez votre catalogue de produits sur Pinterest ;
  • Créez des campagnes Google Ads ;
  • Référencez vos produits sur les comparateurs en ligne et sur Google Shopping ;
  • Créez une application mobile pour faciliter l’achat sur smartphone ;
  • Lancez votre boutique en ligne sur les marketplaces : Amazon, La Redoute, Fnac, Cdiscount, Darty…
     

On peut prendre l’exemple d’Oviala qui surfe sur plusieurs canaux pour promouvoir et vendre ses produits :

  • Le catalogue Pinterest
  • La boutique Instagram
  • Les marketplaces
     

10. Des boutiques en ligne dans des endroits physiques
 

De nombreuses marques ont commencé en ligne, et ont depuis lancé et étendu leur présence physique au cours des dernières années. En toute logique, la plupart des marques numériques qui s’avancent hors-ligne vendent des vêtements : c’est une catégorie de produits où les acheteurs aiment interagir avec le produit « en vrai ».

 

Si la période de pandémie a boosté les ventes en ligne, les pop-up stores retrouvent leur attractivité auprès des clients qui aiment retrouver leurs produits favoris dans ces boutiques éphémères. En 2022, nous avons vu de nombreuses expériences hors ligne de marques qui n’étaient auparavant qu’en ligne, et ça va continuer en 2023.

 

En effet, on peut s’attendre à ce que les marques – qu’il s’agisse de grands détaillants ou de plus petites marques – continuent à créer des expériences hors ligne, tout en tirant parti de la technologie et de la commodité du commerce électronique.

 

11. Les marques prennent le contrôle de leur e-distribution
 

Auparavant, les marques vendaient leurs produits en gros, à des fournisseurs ou centrales d’achat. Chaque e-commerce était alors libre de distribuer les marques de son choix.

 

Mais c’est terminé ! À l’heure où les entreprises s’engagent à respecter les valeurs de leur communauté, le B2C fait place au D2C (direct-to-consumer). Les marques veulent contrôler leur distribution et s’assurer que les boutiques (en ligne ou physiques) respectent leurs valeurs.

 

En analysant le marché actuel, vous pouvez remarquer que certaines entreprises n’utilisent pas les marketplaces d’Amazon ou eBay (comme Nike, par exemple). Elles font ce choix pour se concentrer sur des réseaux de distribution qui intègrent leurs valeurs.

 

On peut aussi citer l’exemple de marques bio et engagées, que vous ne retrouverez que sur des e-commerces 100% bio.

 

En 2023, il faut s’attendre à ce que de plus en plus d’entreprises adoptent cette approche. Leur objectif est de s’adresser plus précisément à leurs consommateurs, tout en gérant leur image de marque.

 

12. Le télé-achat 2.0
 

Ça vous est sans doute déjà arrivé : en regardant une série sur Netflix, vous vous êtes dit : « Wow, j’adore ses chaussures ! ». Très bientôt vous pourrez cliquer, trouver et acheter cette belle paire de chaussures directement depuis la série.

 

NBC a lancé aux États-Unis des publicités télévisées qui relient les produits à une application pour smartphone, permettant aux téléspectateurs d’acheter ce qui passe à l’écran. Cette technologie est désormais directement intégrée à certaines « smart TV ». Ceux qui pensent que les émissions comme le téléshopping sont has-been, levez la main !

 

Pas encore disponible en France, cette technologie pourrait faire des ravages, notamment chez les plus jeunes !

 

13. Les seniors, de nouvelles cibles pour les e-commerces
 

Traditionnellement, les personnes âgées (plus de 60 ans) sont le dernier groupe à adopter les nouvelles technologies. Ils ont passé la majeure partie de leur vie sans ordinateur, internet ou smartphone… et ils résistent parfois au changement.

 

Cependant, les seniors ont été très exposés au Covid : ils ont dû s’adapter au nouvel environnement post crise sanitaire. La pandémie les a contraints d’accepter les technologies, telles que les achats en ligne, le click&collect et les consultations en visio (pour les soins de santé notamment). Certains se sont équipés avec des enceintes connectées et des technologies d’assistance pour éviter les maisons de retraite.

 

Autrement dit, en 2023, il faudra compter avec les seniors pour doper vos ventes e-commerce ! D’autant qu’une étude de Médiamétrie montre que 2 seniors sur 3 utilisent internet et que 80% des 60 à 69 ans s’y connectent quotidiennement. Ils sont même 42% à être inscrits sur un réseau social !

 

14. L’importance du « consommer français »
 

“Consommer français” est plus qu’un simple slogan : c’est un symbole de solidarité sur le marché de la consommation post-covid.

 

Déjà en 2018, 81% de la consommation des ménages était made in France, contrairement aux idées reçues ! Cette habitude s’est renforcée pendant la crise du Coronavirus.

 

Face aux difficultés rencontrées par les commerces de proximité et les entreprises locales, les consommateurs ont redoublé de vigilance et de solidarité. Plus que jamais, ils souhaitent privilégier les produits fabriqués en France et les marques implantées dans le pays.

 

Les e-commerces peuvent donc s’appuyer sur cette tendance en référençant, en priorité, des produits et marques d’origine française. Ceux qui proposent déjà une sélection « made in France » pourront davantage la mettre en avant sur le site et leurs réseaux sociaux, afin d’attirer de nouveaux consommateurs, comme dans cet exemple :

 

Bon à savoir : 3 Français sur 4 sont prêts à payer plus cher pour des produits français !

 

Alors, que retenir de ces tendances 2023 ?
 

Les tendances du e-commerce pour 2023 tournent autour des valeurs et de l’expérience globale d’achat. Des bonnes pratiques à reprendre dès maintenant sur votre site marchand pour booster votre chiffre d’affaires !

 

Source : codeur.com

Date : 09/01/2023

Tout savoir sur les blogs

08/01/2023

Tout savoir sur les blogs

Non, les blogs ne sont pas démodés !  Bien au contraire, en 2022, 77% des personnes lisent régulièrement des blogs sur Internet. Cependant, il existe un grand nombre de blogs (570 millions en 2021) et ce chiffre est en constante évolution. Le premier a fait son apparition le 1er janvier 1994 avec le journaliste américain Justin Hall. A cette période, les gens s’en servaient principalement pour raconter leur vie, partager leur expérience personnelle et donner des conseils. Aujourd'hui, les blogs sont partie prenante de toutes les stratégies de communication. Ils en sont un axe essentiel et un canal particulièrement important pour la vente en ligne, entre autres.  

 

1.    Qu’est-ce que le blogging ? 

 

a)    Quel est le but d’un blog ?

 

Dans un premier temps, son étymologie. Blog est issu de l’aphérèse d’un mot composé, né de la contraction de Web log avec log signifiant registre ou journal. Ce terme a été employé pour la première fois par Jorn Barger en 1997. 

 

Maintenant, il faut définir ce qu’est le blogging. Il s’agit d'une page web animée par une ou plusieurs personnes. Ces personnes communiquent et publient régulièrement des actualités, des liens, des photos ou de courts textes. Le blog est donc une succession d’articles organisés et classés par genre, catégorie, dates… 

 

Le blog est un outil marketing très puissant qui peut avoir beaucoup de portée. Il peut s’agir d’une page internet reliée, ou non, à un site. Il va donc permettre d’améliorer et de développer l'interactivité de celui-ci et de mettre en valeur services et produits proposés. 

 

b)    Quels sont ses objectifs ? 

 

Améliorer la visibilité : 

 

Rédiger des articles de blogs régulièrement, qui traitent de différents sujets, permet d'améliorer la visibilité sur Internet et de toucher plus d’internautes. Le blog est un outil non négligeable pour booster le référencement naturel d’un site ou d’une page web et l’un des plus faciles. 

 

Petit rappel :

 

Également appelé SEO, le référencement naturel est l’art de bien se positionner dans Google pour améliorer sa visibilité en ligne. 

 

Lorsqu'un article est rédigé, il faut l’écrire pour répondre à une demande spécifique en mettant en avant l’offre de produits ou de services. Il ne faut pas avoir peur de se renseigner sur les principaux mots-clés recherchés par les internautes et de les inclure au texte. Ensuite, il faut le rédiger avec pertinence pour l’intégration de ces mots-clés. 

 

En termes de visibilité et de référencement, le blog permet aussi d’améliorer le netlinking. Tant pour le maillage interne, dont les moteurs de recherches raffolent et qui permet de mieux indexer les pages et plus rapidement, que pour les liens externes qui aide dans le référencement et donne à Google une preuve de confiance ce qui augmentera l’autorité du site. 


Générer du trafic : 

 

En effet, si le produit n’est pas connu ou pas suffisamment référencé, le blog permettra de gagner du trafic grâce à sa visibilité. 

 

Tous les articles pertinents apparaîtront aux yeux de tous ainsi que la qualité des produits et / ou services et des compétences que l’entreprise a à offrir. Un article sur les dernières actualités dans le secteur de ladite entreprise, ou une explication détaillée de son offre, qui se voit répondre à un grand nombre de demandes, permettront d’attirer de nombreux prospects et ainsi, les fidéliser par la suite. 

 

De plus, mettre en avant l’histoire, l'engagement ou les valeurs de l’entreprise dans la rédaction des articles, donnera une image professionnelle de celle-ci et créera un lien avec les visiteurs de la page. 


Communiquer sur un nouveau canal : 

 

Les réseaux sociaux semblent désormais inéluctables à une stratégie de communication et il est important de les intégrer mais il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. 

 

La création d’un blog offre également la possibilité à l’entreprise, comme à sa communauté, d'interagir sur les divers articles. Ainsi, cela favorise le développement de l’audience et permet de communiquer avec celle-ci indépendamment des autres plateformes. 

 

De plus, au-delà d’avoir la main sur la façon dont le contenu est visité, cela offre la possibilité de générer des réactions, des problématiques, des interrogations et des suggestions qui permettent d’améliorer le futur contenu et de créer un climat de confiance avec les interlocuteurs. Ainsi, l’image de marque est favorisée. 


Humaniser la marque :

 

Grâce au blog, l’entreprise peut donner un ton à sa marque, ce que l’on appelle plus communément : le ton de marque. 

 

A travers vos articles, elle peut mettre en avant son côté : accompagnateur, instructif, fiable, sérieux et professionnel. Ainsi, les interlocuteurs percevront de l’entreprise les valeurs qui la fondent ainsi que sa culture et ses employés.

 

Le blog offre l’occasion de donner une image moins institutionnelle et plus personnelle, plus proche, plus sympathique de l’entreprise. 

 

2. Comment construire un blog ? 

 

a)    Les 8 types de blog ?

 

Il existe 8 types de blogs différents afin de faciliter le positionnement dans une de ces catégories : 

8 types de blog

  1. Blog journalistique : qui traite de sujets de presse, d’actualité via des enquêtes, des interviews ou des reportages.
  2. Blog d’entreprise : déjà porteuse d’un site web, les entreprise mettent très souvent en place un blog afin de pouvoir communiquer plus rapidement, de manière réactive et interactive avec les utilisateurs ce qui facilité les communications. 
  3. Blog pédagogique : ce blog permet de développer des pratiques pédagogiques et collaboratives grâce à l’utilisation de fonctionnalités multimodales (textes, images, sons…).
  4. Blog de connaissances : situé entre le blog d’entreprise et le blog pédagogique, ce dernier offre la possibilité de transmettre des connaissances structurées sur divers sujets plus rapidement que via un site web.
  5. Blog d’objectifs personnels : conçu dans le but d’atteindre un objectif à moyen ou long terme, ses articles relatent de l’avancement vers cet objectif et permanent de la matérialiser. Il devient donc un outil de développement personnel performatif.
  6. Blog de guerre ou Warblog : impulsé dans un premier temps par les journalistes de guerre des Etats-Unis et ne disposant d'aucune contraintes éditoriales ou professionnelles, ce blog offre une liberté de ton aux rédacteurs.
  7. Blog de voyage : il propose des récits de voyages pour inspirer les plus intrépides à travers une expérience unique et réelle.
  8. Blog littéraire : ici, le blogueur peut publier lui-même ses textes en ligne ce qui lui permet de sauter la case “éditeur”. Ainsi, il dispose d’une liberté d'expression et de publication et se rapproche de ses lecteurs. 

 

b) 7 étapes pour tenir un blog

 

Définir les objectifs : 

 

Avant de commencer quoi que ce soit, il est nécessaire de définir les objectifs du blog. En effet, il y a lieu de savoir pourquoi le blog a été créé. Pour cela, il y a la possibilité de se référer aux 8 types de blogs énoncés plus haut afin de se positionner pour pouvoir ensuite en extraire des objectifs : 

  • personnels
  • qualitatifs
  • quantitatifs.


Définir une cible : 

 

Selon le type de blog sélectionné et les objectifs souhaités, la cible doit être définie. Pour s’aider par la suite et pouvoir s’y référer plus facilement et plus rapidement, un buyer persona peut être créé.

 

Petit rappel : 

 

Un buyer persona permet de se mettre à la place du client afin de mieux appréhender ses besoins. Une telle réflexion permet de définir comment l’entreprise peut l'aider à résoudre ses problèmes.


Définir un ton spécifique : 

 

Désormais, l’entreprise sait à qui elle doit s’adresser. Maintenant, il faut choisir comment s’adresser à cette cible et se baser sur ce ton pour la rédaction des articles. Plusieurs possibilités : 

  • le tutoiement 
  • le vouvoiement 
  • les émojis
  • les expressions
  • le gras 
  • l’italique
  • la voie active 
  • la négation 
  • le jargon 
  • etc.


Trouver des sujets d’articles : 

 

Les sujets d’articles sélectionnés doivent correspondre à la cible (donc persona). Pour éviter le syndrome de la page blanche : 

  • Naviguer sur différents blogs, s’inspirer, prendre exemple de certains sujets 
  • Écouter des podcasts ou les informations pour être toujours à jour des actualités et fournir un contenu actuel et à jour 
  • Consulter l’entourage ou les collègues, toutes les idées sont bonnes à prendre
  • Avoir toujours de quoi prendre des notes la journée, les idées peuvent arriver à tout moment.


Optimiser la tenue du blog : 

 

Un blog ça prend du temps et lorsqu’il faut fournir un contenu de qualité ce n’est pas une mince affaire. Plusieurs conseils à suivre : 

  • S’imposer des contraintes de temps pour ne pas prendre de retard et se retrouver débordé 
  • Utiliser le ton défini au préalable  
  • Classer les différents dossiers et tous les articles pour une organisation optimale
  • Chercher et créer une médiathèque d’images et de vidéos libres de droit
  • Utiliser des outils d’organisation, de retouche photo

 

Veiller à la qualité du contenu : 

 

Écrire dans un “bon français” est primordial. Inutile de préciser que les fautes d'orthographe sont à bannir. Au-delà de ça, c’est essentiel pour le référencement du blog : 

  • Utiliser un dictionnaire ainsi qu’un dictionnaire des synonymes pour varier le contenu des articles et éviter les répétitions
  • Donner des chiffres pour alimenter les propos, citer les sources pour persuader plus aisément les lecteurs et apporter de la crédibilité
  • Ajouter des images et des vidéos pour varier le contenu, illustrer les propos et faciliter la lecture 
  • Faire relire les contenus pour vérifier les fautes d'orthographes, éviter les coquilles et tenir compte des bons conseils 
  • Faire des paragraphes courts. Ne pas avoir peur des retours à la ligne ou de faire des listes à puces. Tout est bon à prendre pour améliorer la lisibilité des articles. 


Optimiser les performances de l’article : 

 

Après avoir rédigé l’article, il faut s’assurer que celui-ci soit lu, partagé et réponde aux objectifs fixés. Pour cela : 

 

  • Rechercher et utiliser les bons mots-clés pour le référencement naturel 
  • Placer des liens internes afin d’indexer et de renvoyer vers les pages du site
  • Utiliser des liens externes pour indexer la page actuelle et prouver sa fiabilité à Google ainsi qu’aux internautes 
  • Transformer les images en liens et ne pas oublier de leur donner un nom pour le référencement des images dans Google image
  • Utiliser les “Call-to-action” pour inciter les lecteurs à cliquer et les convertir en leads ou les renvoyer vers d’autres pages du site (selon le type de blog que vous tenez)
  • Partager les articles sur les réseaux sociaux pour créer de la visibilité au contenu et augmenter les visites sur votre site Internet
  • Faire des liens vers les autres articles pour améliorer leur visibilité et montrer la diversité du blog.


3) 4 tendances blogging pour 2023

 

4 tendances blogging pour 2023

 

Des articles de plus en plus longs : 

 

Il ne faut pas avoir peur d’écrire “trop” et de donner libre court à sa fibre rédactionnelle. Les lecteurs veulent du contenu long et pertinent, avec en moyenne 2 000 à 3 000 mots. 

 

De plus, Google privilégie également les articles longs en termes de référencement. Ne pas négliger les photos et les vidéos pour faciliter sa lecture et la rendre agréable. 


Du contenu court mais pertinent : 

 

Même si cela peut porter à confusion, c’est aussi très important d’inclure dans le calendrier éditorial du contenu court pour les personnes qui consultent les informations directement sur leur téléphone. Une phrase sur un ordinateur peut vite devenir un paragraphe sur un téléphone. 

 

Personne ne doit être oublié dans la stratégie de communication, chaque lecteur a son importance. 


La fréquence de publication des articles :

 

Les articles de blog doivent être publiés à intervalles réguliers (même jour, même heure). Cela permettra à l’entreprise de s’immiscer dans le quotidien de des lecteurs.

 

Des publications régulières favorisent également le passage des robots de Google sur les pages et amélioreront leur indexation. 


Les articles invités : 

 

Les articles invités ont pour but de faire connaître les produits d’une entreprise mais également ceux d’une autre. Il s’agit là d’un échange de bon procédé ou chaque entreprise peut partager son expertise et son savoir-faire en partageant leur audience.

 

Ils offrent la possibilité à chacune d’elles d’améliorer leur réputation.

 

Plus d’infos : https://www.carry-web.com/

 

Sources : 

- https://www.codeur.com/blog/idee-publication-instagram/
- https://www.codeur.com/blog/tendances-blogging/
- https://www.blogduwebdesign.com/5-outils-de-monitoring-seo-pour-booster-votre-referencement/

SEO : Google présente E-E-A-T avec un nouveau critère sur l’expérience

19/12/2022

SEO : Google présente E-E-A-T avec un nouveau critère sur l’expérience

E-E-A-T : un nouveau critère sur l’expérience du contenu

 

Google vient d’annoncer un changement majeur pour mieux évaluer ses résultats de recherche et améliorer son système de classement : "E-A-T gagne un E : l’expérience. En plus de l’expertise, de l’autorité et de la fiabilité, le contenu démontre-t-il un certain degré d’expérience ?".

Le moteur de recherche précise ce qu’il sous-entend par « degré d’expérience » du contenu en livrant quelques exemples : contenu sur l’utilisation réelle d’un produit, compte-rendu d’une visite d’un lieu, partage d’expérience d’une personne… Google finit par conclure : « Dans certaines situations, ce que vous appréciez le plus, c’est le contenu produit par quelqu’un qui a une expérience directe du sujet en question. »

Ce nouveau concept E-E-A-T fait partie de la dernière mise à jour des « search rater guidelines » de Google, qui met en avant « l’importance du contenu créé pour être original et utile pour les gens. »

 

E-E-A-T : comment ça marche ?

 

On fait le point sur le nouvel acronyme E-E-A-T de Google :

  • E : Experience (Expérience)
  • E : Expertise (Expertise)
  • A : Authority (Autorité)
  • T : Trust (Fiabilité)

 

Pour rappel, voici le fonctionnement de Google :

  • Les systèmes de Google prennent en compte différents facteurs pour classer les contenus de qualité,
  • Après avoir détecté des contenus pertinents, les systèmes automatisés de Google vont prioriser ceux qui semblent les plus utiles,
  • Pour finaliser son évaluation des contenus, Google va alors définir un ensemble de facteurs permettant de déterminer le niveau d’expérience, d’expertise, de légitimité et de fiabilité (score E-E-A-T) des différents contenus.

 

Google va apporter plus d’importance à un contenu ayant un score élevé E-E-A-T surtout « lorsque le thème abordé peut avoir un impact significatif sur la santé, la stabilité financière ou la sécurité des personnes, voire sur le bien-être de la société dans son ensemble. »

 

Source : www.blogdumoderateur.com/

Auteur : Estelle Raffin

Date : 05/12/2022

La CNIL rappelle les règles sur la vente de fichiers clients : ce qu’il faut savoir

11/12/2022

La CNIL rappelle les règles sur la vente de fichiers clients : ce qu’il faut savoir

À la suite de sa liquidation judiciaire, Camaïeu met en vente ses actifs immatériels dont son fichier de clients de plus de 4 millions de personnes. Une vente aux enchères doit avoir lieu mercredi 7 décembre. Mais cette vente de fichiers clients suscite un questionnement majeur : est-ce en conformité avec le RGPD ? Aujourd’hui, la CNIL fait le point.

 

La vente de fichiers clients est bien autorisée


La CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) confirme que la vente d’un fichiers clients est bien autorisée à condition de respecter le RGPD.

 

Parce qu’un tel fichier contient des données personnelles – notamment l’identité (nom et prénom), l’adresse email, le numéro de téléphone ou encore l’adresse postale des personnes enregistrées dans la base de données – sa transmission ne peut se faire que sous réserve de respecter le règlement général sur la protection des données (RGPD), explique la CNIL.

 

L’autorité française précise également que « seuls les fichiers qui ont été constitués dès le départ dans le respect de la réglementation peuvent faire l’objet d’une vente. »

 

Les règles de la CNIL pour les ventes de fichiers clients


La CNIL livre les conditions nécessaires pour être en conformité avec le RGPD :

 

  1. Le fichier vendu doit contenir seulement les données des clients actifs : les données des clients peuvent être utilisées pour une durée de 3 ans à compter de la fin de la relation commerciale (par exemple, à compter d’un achat).
  2. Seules les données des clients qui ne se sont pas opposés à la transmission de leurs données ou qui y ont consenti peuvent être vendues : cela signifie que ceux qui se sont opposés ou qui n’ont pas consenti à la transmission de leur données devront être supprimés du fichier avant que celui-ci ne soit revendu.
  3. L’acquéreur doit assurer le respect des droits des personnes : il doit fournir une information claire aux personnes présentes dans le fichier acheté et vérifier l’existence d’un consentement éclairé à la prospection en ligne s’ils souhaitent utiliser leurs données.


Pour connaître tous les détails des règles, rendez-vous sur le blog post de la CNIL.

 

Quel que soit le canal de prospection utilisé, chaque sollicitation devra permettre aux personnes d’exprimer, si elles le souhaitent et par un moyen simple, leur refus de recevoir de nouvelles sollicitations (par exemple avec un lien pour se désinscrire à la fin du message).

 

Source : https://www.blogdumoderateur.com/

Auteur : Estelle Raffin

Date : 05/12/2022

Réseaux sociaux en 2023 : 7 points clés à connaître pour les marques

04/12/2022

Réseaux sociaux en 2023 : 7 points clés à connaître pour les marques

Hootsuite dévoile son rapport « Social Trends 2023 » qui met en exergue les tendances émergentes qui façonneront le paysage social pour l’année à venir. Cette étude s’appuie sur un sondage réalisé auprès de 10 600 spécialistes du marketing dans 109 pays et des entretiens avec des dizaines de professionnels, de dirigeants, d’observateurs et de partenaires du marketing social. L’objectif : permettre aux marques de rester compétitives sur les réseaux sociaux qui évoluent rapidement et qui sont impactés par les événements économiques.

 

1. De nouvelles opportunités pour les petites entreprises de se lancer dans le marketing d’influence

 

Tandis que les grandes entreprises sont forcées de resserrer leurs budgets, du fait de la crise économique, elles investissent moins dans le marketing d’influence. Selon le rapport, cela représente une opportunité pour les petites entreprises de collaborer avec des créateurs de contenu. « Pour les petites entreprises, 2023 promet d’être une année de diminution des ressources, de réduction des effectifs et de budgets réduits qui vont complexifier leurs défis marketing. Pour atténuer la pression, les dirigeants de petites entreprises commenceront à s’appuyer sur les créateurs, eux-mêmes délaissés par les grandes entreprises », estime Hootsuite.

 

En effet, la collaboration avec des influenceurs reste une pratique mineure dans les petites entreprises. Le rapport d’Hootsuite révèle ainsi que seulement 35 % des organisations de 100 à 999 salariés et 28 % des entreprises de 1 à 99 salariés travaillent avec des influenceurs. Le principal défi : la volatilité du coût des collaborations. Pour encourager les PME à se lancer dans le marketing d’influence, Hootsuite précise que la plupart des entreprises ne passent pas par des agences pour trouver des créateurs, limitant le coût de cette démarche.

 

D’autre part, des outils de marketing d’influence peuvent être de véritables atouts pour les petites entreprises. En effet, ces plateformes permettent d’accéder à une base de données d’influenceurs et de faciliter la prise de contacts ainsi que la gestion des campagnes.

 

2. Les managers et dirigeants doivent se mettre d’accord sur l’évaluation du ROI des réseaux sociaux

 

Le rapport affirme que les données qui sont analysées lorsqu’il s’agit de démontrer la valeur des réseaux sociaux varient en fonction du niveau de responsabilités. En 2023, les profils opérationnels et dirigeants devront se mettre d’accord pour analyser soit le revenu généré par les réseaux sociaux, soit le nombre de pages vues, soit le temps passé sur une page. « En 2023, les opérationnels du marketing et les dirigeants doivent avoir une conversation plus approfondie sur les objectifs pour s’assurer que tout le monde est sur la même longueur d’onde. Si cette conversation n’a pas lieu et que le social reste dans le budget marketing au cours de l’année prochaine, il y a un risque que les dirigeants retirent l’investissement s’ils ne comprennent pas vraiment la valeur du canal », affirme Hootsuite.

 

Pour l’année à venir, les recommandations du spécialiste de la gestion des réseaux sociaux sont les suivantes :

Suivre les métriques qui correspondent à vos objectifs commerciaux,
Créer des rapports sur le ROI qui montre le véritable impact des réseaux sociaux,
Ne pas foncer sur des tendances dans le seul but d’obtenir des likes et commentaires, au détriment de ce qui rend votre marque unique.

 

3. La réutilisation de contenus doit appartenir au passé

 

Selon le rapport, les responsables marketing cessent de courir après les nouvelles fonctionnalités et deviennent plus stratégiques, en créant un contenu plus créatif et unique, pour moins de plateformes. Alors que les réseaux sociaux tentent de se concurrencer en proposant des fonctionnalités similaires, Instagram copiant TikTok ou TikTok s’inspirant fortement de BeReal, les plateformes finissent par toutes se ressembler. Ainsi, Hootsuite précise que 53 % des spécialistes marketing interrogés affirment poster du contenu sur plusieurs plateformes sociales avec le moins de changements possible. Seuls 18 % des répondants disent créer des publications différentes pour chaque plateforme.

 

Or, le spécialiste de la gestion des réseaux sociaux souligne que si la publication croisée fait gagner du temps, les résultats ont tendance à être peu probants. En outre, l’enquête menée par Hootsuite montre que les spécialistes du marketing qui créent du contenu unique pour chaque réseau social sont beaucoup plus confiants sur la valeur de ce contenu.

 

Selon Hootsuite, en 2023, « les spécialistes du marketing les plus confiants passeront moins de temps à se soucier de la prochaine fonction copiée à utiliser et plus de temps à explorer les plateformes qui reflètent le mieux leurs objectifs commerciaux. Ils se concentreront sur la création de contenu le mieux adapté à ces médias sociaux, plutôt que d’essayer de suivre chaque changement de niveau de fonctionnalité que les réseaux leur proposeront ».

 

4. Le social commerce représente une opportunité qui ne doit pas être ignorée

 

Tandis que le commerce social a explosé sur les marchés de l’Extrême-Orient, les spécialistes du marketing en Occident sont confrontés à un manque de confiance de la part des consommateurs, qui les empêche de bénéficier de cette opportunité.

 

Selon une étude menée par Accenture, le 1er frein chez les acheteurs concerne la crainte que leurs achats ne soient pas protégés (48 %), suivi par le manque de politiques de retours et remboursements claires (37 %). Interrogés sur les obstacles qui peuvent freiner les acheteurs sur les réseaux sociaux, 37 % des spécialistes marketing pensent que la saisie d’informations de paiement sur les plateformes représente un problème pour les utilisateurs.

 

Selon Hootsuite, les spécialistes du marketing qui surmontent cette barrière de la confiance auront l’opportunité d’attirer une vague de nouveaux acheteurs et inciter leurs clients existants à dépenser plus. « En 2023, nous verrons probablement les fonctionnalités de commerce social réduites. De nombreux spécialistes du marketing et dirigeants cesseront d’investir dans leurs vitrines sociales. Mais il est beaucoup trop tôt pour considérer la fermeture par Facebook de sa fonctionnalité de commerce en direct ou l’abandon par TikTok de ses projets de live shopping aux États-Unis comme un indicateur de leurs ambitions sociales globales. Les marques proactives continueront de voir l’opportunité à venir et elles apprécieront de voir leurs concurrents abandonner tôt les plans de commerce social, laissant le terrain de jeu grand ouvert pour ceux qui ont la patience de s’accrocher », analyse Hootsuite.

 

5. L’optimisation de la recherche sur les réseaux sociaux devient une compétence essentielle pour les spécialistes du marketing

 

Si Google est la référence en matière de recherche, cela est en train de changer. En effet, Hootsuite montre l’émergence d’une concurrence nouvelle, alors que les jeunes générations se rendent sur des plateformes telles que TikTok et Instagram pour rechercher des restaurants, acheter des vêtements ou décider où partir en vacances. Le rapport montre notamment que de plus en plus d’utilisateurs de moins de 25 ans se tournent vers les réseaux sociaux pour rechercher et évaluer des marques.

 

La transition de la recherche du web vers le social sera longue et générationnelle. Ne soyez pas trop pris dans les gros titres sur la mort imminente de la recherche sur Google alors que, pour la grande majorité des gens, c’est toujours l’un des principaux moyens d’en savoir plus sur votre entreprise. Mais la transition vers les médias sociaux en tant que principal moteur de recherche est en cours, et il n’est pas trop tôt pour commencer à se préparer. En 2023, les spécialistes du marketing des médias sociaux et les propriétaires de petites entreprises qui souhaitent se développer devraient commencer à maîtriser les bases de l’optimisation de la recherche sur les réseaux sociaux, affirme Hootsuite.

 

6. Avec le retour aux achats en magasin, les entreprises doivent se concentrer sur leurs services clients

 

Durant la pandémie de Covid-19, l’e-commerce, et autres services en ligne, ont vu leurs activités exploser. Aussi, les entreprises qui ont réussi à réorganiser leur expérience client pendant la pandémie ont excellé en 2021. Le rapport met en exergue que les restrictions étant levées et les acheteurs ayant retrouvé le chemin des magasins physiques, de nombreuses entreprises n’ont pas réussi à maintenir la qualité de leurs services numériques en 2022. En outre, une étude menée par le cabinet Forrester montre que la qualité globale de l’expérience client a chuté pour plus de 19 %, et que la satisfaction des clients est à son niveau le plus bas depuis 17 ans.

 

Pour Hootsuite, les entreprises qui cherchent à maîtriser leurs dépenses tout en améliorant l’efficacité de leurs services client en ligne devront se tourner vers des solutions de chatbot et autres outils d’IA conversationnels en 2023.

 

7. Les spécialistes du marketing doivent s’équiper pour gérer le service client sur les réseaux sociaux

 

En 2022, les spécialistes du marketing ont plus largement pris en charge le service client sur les réseaux sociaux. Ainsi, près de la moitié des organisations (49 %) ont déclaré que le service client sur les réseaux sociaux était généralement ou exclusivement la responsabilité de l’équipe marketing.

 

Cependant, de nombreux spécialistes du marketing ne se sentent pas équipés pour assurer cette tâche. Selon une enquête du CMO Council et d’IBM, seulement 21 % de ces professionnels estiment qu’ils font du bon travail concernant le service client sur les réseaux sociaux. « Les réseaux sociaux n’ont jamais été conçus pour être un canal de service client. Mais il est impossible d’ignorer ce canal, aujourd’hui. […] Une marque n’est pas seulement un logo ou une promesse ; c’est un résultat. C’est l’attente d’un client à propos d’un produit, d’un service ou d’une entreprise. Et il est de la responsabilité de chaque spécialiste du marketing de s’assurer que cette attente ne soit pas ignorée par des DM sans réponse », analyse Hootsuite. Pour répondre à cette problématique, permettre à ses équipes marketing de se former sur ce champ spécifique est indispensable.

 

Source : www.blogdumoderateur.com/

Auteur : Héloïse Famié-Galtier

Date : 18/11/2022

services

réseaux sociaux