5, Rue de Gutenberg - 15000 Aurillac

11, Avenue de Fondeyre - 31200 Toulouse

n'hésitez-plus

CARRY WEB est à votre écoute !

actualités

 

Retrouvez régulièrement des extraits de l'actualité du numérique selon plusieurs catégories de contenus. 

Réseaux sociaux

Liens utiles

 

Accueil > Actualités

"Le multimédia à portée de tous"

SUPPORT

11, Avenue de Fondeyre -
31200 Toulouse

5, Rue de Gutenberg -

15000 Aurillac

Rechercher un article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Blog Législations Réalisations Nouvelles Technologies Cyber Sécurité SEO Navigateur Web

Z-INDEX annonce le lancement de son agence de communication digitale : CARRY WEB

26/09/2022

Z-INDEX annonce le lancement de son agence de communication digitale : CARRY WEB

L’agence spécialisée dans le développement de produits et services Full Web, à l’écoute active de ses clients, est au fait des difficultés que rencontrent les professionnels pour établir une véritable stratégie de communication digitale pour leur entreprise. Depuis plus d’un an, Z-INDEX travaille sur le lancement de son agence de communication digitale et se positionne donc sur le marché du community management en développant une structure dédiée offrant de multiples possibilités et des offres accessibles à tous.

 

 

CARRY WEB accompagne les professionnels dans l’alimentation naturelle de leurs réseaux sociaux et gère les plateformes de ses clients pour construire avec eux une véritable « stratégie social média » professionnelle et performante.

 

Les réseaux sociaux sont une source de visibilité et un véritable vecteur de croissance et de crédibilité pour une entreprise. Ils sont complémentaires avec les autres canaux de communication existants comme les supports papiers ou les médias traditionnels. Les réseaux sociaux ne doivent plus être négligés.

 

Les offres proposées par CARRY WEB ont été conçues spécialement pour les entrepreneurs, artisans, commerçants, restaurateurs, associations ou chefs d’entreprise, afin de les accompagner dans la définition de leur stratégie digitale. De nouvelles recrues et compétences dynamisent aujourd’hui au quotidien, l’activité de cette nouvelle agence.

 

Pourquoi confier vos réseaux sociaux à CARRY WEB ?

  • Partagez des contenus professionnels mis en forme et rédigés par l’agence, selon vos envies
  • Développez votre visibilité avec des publications adaptées et ciblées dans le respect de votre charte graphique
  • Gardez le contrôle de votre communication grâce à la validation avant diffusion et profitez d’une gestion de projet agile et proactive
  • Obtenez des conseils marketings précieux lors de suivis mensuels programmés et assurés
  • Ne perdez plus de temps et consacrez-vous vraiment à votre métier
  • Gardez une vision d’ensemble avec les statistiques mensuelles
     

L’agence vous accompagne :

 

  • Création de visuels adaptés aux formats des réseaux
  • Rédaction de textes personnalisés
  • Elaboration d’un planning éditorial
  • Mise à disposition d’un gestionnaire de projet collaboratif et interactif en ligne
  • Suivi mensuel personnalisé sur place ou à distance de 2h*[1],
  • Utilisation des termes spécifiques à chaque plateforme et l’analyse des statistiques des performances de ces opérations.
     

Partage, transparence, écoute et proximité sont autant de valeurs que prône CARRY WEB pour garantir à ses clients le succès et le bon développement de leur stratégie digitale. Un véritable engagement de confiance.

 

Avec CARRY WEB, le digital est à portée de main, pour vous, pour demain !


[1] * 2h prévues dans la formule Booster / 3h prévues dans la formule Business

 

EN SAVOIR PLUS

Comment Google fonctionne avec les meta descriptions ?

19/09/2022

Comment Google fonctionne avec les meta descriptions ?

Tout d’abord, il est important de comprendre comment Google fonctionne pour afficher un extrait de page web dans les résultats de recherche.

 

Google nous explique : « Les extraits sont automatiquement créés à partir du contenu de la page. Ils servent à mettre en valeur le contenu de la page qui correspond le plus à la recherche d’un utilisateur. En d’autres termes, une même page peut afficher différents extraits en fonction de la recherche. »

 

Cependant, les propriétaires de sites web peuvent suggérer du contenu à Google :

  • Dans les balises meta description : Google peut prendre le contenu de la balise <meta name= « description » > de votre page web s’il estime que la description est assez précise pour informer efficacement l’internaute.
  • Dans les résultats enrichis : Google peut afficher des rich snippets si vous ajoutez des données structurées à votre site web en amont (exemple : l’affichage d’étoiles représentant vos avis clients sur un produit).

 

Vous avez donc tout intérêt à suggérer du contenu à Google pour qu’il affiche les informations que vous souhaitez plutôt qu’un extrait de votre page web sélectionné automatiquement.

 

5 bonnes pratiques pour que Google affiche vos meta descriptions


Voici les bonnes pratiques partagées par Google pour créer des meta descriptions efficaces :

 

1. S’assurer que chaque page web comporte une meta description


La première action recommandée par Google : s’assurer que les pages web de votre site possèdent bien toutes une balise meta description.

Bon à savoir : il est possible de passer par un outil de crawl tel que Screaming Frog ou Botify pour vérifier vos balises et optimiser votre référencement par la même occasion. Ou vous pouvez vérifier manuellement une balise Meta d’une page web spécifique en inspectant le code : effectuez un clic droit sur la page web en question, et sélectionnez l’option Inspecter. Vous retrouvez la balise <meta name= « description » > dans la section <head>.

 

2. Créer des descriptions uniques pour chaque page web de votre site


Les conseils de Google : utilisez une description générale pour la page d’accueil ou les autres pages importantes de votre site web, et servez-vous de descriptions plus précises pour vos autres pages. Si vous n’avez pas le temps de créer des meta descriptions pour toutes les pages, priorisez vos pages les plus fréquentées.

 

3. Ajouter des informations pertinentes sur le contenu dans la description


Bon à savoir : vous n’êtes pas obligé de rédiger une meta description sous forme de phrase. Vous pouvez simplement ajouter une liste d’informations pertinentes sur le contenu de votre page, séparées par des virgules comme le montre le visuel ci-dessous à propos d’une page web sur un livre.

Autre exemple fourni par Google : « sur les pages de présentation de produits, les informations clés sont souvent éparpillées (prix, âge ciblé, fabricant). Il est alors judicieux de regrouper ces données dans la meta description. »

 

4. Générer des descriptions à l’aide d’un programme


Pour les sites web qui gèrent de grandes bases de données, il est impossible de rédiger des meta descriptions manuellement car il y a trop de pages web. Google préconise alors de les générer automatiquement grâce aux données spécifiques présentes dans les pages. Ces données devront être intelligibles et distinctes pour être affichées dans la description par Google.

 

5. Rédiger des descriptions de qualité


Il est recommandé de rédiger un texte réellement descriptif de votre page web dans votre balise dédiée à la meta description si vous souhaitez améliorer considérablement la qualité et le volume du trafic en provenance de Google.

 

Source : www.blogdumoderateur.com/

Date : 07/09/2022

Auteur : Estelle Raffin

SEO : les fondamentaux du référencement d’image

12/09/2022

 SEO : les fondamentaux du référencement d’image

Les premiers facteurs d’optimisation auxquels nous pensons, se trouvent autour du texte de notre site web : longueur du contenu, intégration des mots-clés, optimisation du titre et de la méta-description…

Néanmoins, sachez que le référencement d’images est aussi très important pour le SEO. C’est d’ailleurs devenu indispensable pour un bon référencement global. Une bonne optimisation de vos images a un impact très positif.

A travers cet article, nous expliquons pourquoi il faut optimiser vos images. Puis nous vous donnons 8 conseils fondamentaux du référencement d’image, pour booster votre SEO.

 

Pourquoi optimiser le SEO des images de votre site web ?

 

Le référencement des images : Qu’est-ce que c’est ?

Le référencement des images de votre site passe par différentes actions. Aujourd’hui, c’est un véritable levier de référencement comme d’acquisition pour les site e-commerce.

En optimisant vos images, vous allez renforcer le pouvoir de votre sémantique. Les mots-clés pertinents glissés sous les images vont être référencés dans Google Images entre autres.

Lorsque les moteurs de recherches vont analyser les mots clés de vos images, ils vont comprendre directement le sujet traité. Ainsi, ils vont positionner votre site internet de façon pertinente pour les internautes.

Pourquoi optimiser le SEO des images est indispensable ?

Il existe tout un tas de raisons pour lesquelles l’optimisation SEO de vos images est devenue indispensable.

En effet, depuis la création de Google Images en 2001, les critères ont beaucoup changé. Surtout, l’accès au site internet d’origine de l’image est devenue très simple.

En optimisant efficacement le référencement de vos images, vous serez visible via Google Images. Ainsi, vous offrez au web, plusieurs portes d’entrée à votre site internet.

En plus, vous avez déjà pu constater que des boutons d’interactions ont été ajoutés sur les images : « afficher l’image », « partager », « Consulter ». Par ces différents biais, votre site web peut être partagé et consulté très rapidement.

 

En résumé, la bonne optimisation SEO de vos images permettent de :

 

  • Générer un trafic supplémentaire par d’autres biais
  • Augmenter votre trafic
  • Détenir une meilleure visibilité sur la toile
  • Répondre aux critères de référencement
  • Attirer l’attention des internautes

 

1. Choisir un titre pertinent et clair

Le premier point important et classique du référencement d’image est le nom donné à votre image. Il doit être pertinent et contenir des mots-clés correspondant à votre thématique, également.

Votre titre doit :

Permettre de retrouver rapidement et facilement votre image dans les bases de données
Contenir le ou les mots clés de votre requête cible

En effet, une image nommée “xxx325670002.jpg“, ne sera pas référencé, le robot ne détecte pas encore les images comme un être humain. Ainsi, cette suite de lettres et chiffres n’a ni queue ni tête pour les moteurs de recherches. Du coup, rappelez-vous toujours que ce sont les mots clés contenus dans le titre qui vont permettre au robot de retrouver votre image.

Prenons un exemple :

Vous voulez illustrer la recette des crêpes aux fruits rouge.

Vos mots clés sont : recette, crêpes et fruits rouges. Ainsi, vous intitulez votre image : recette crêpes fruits rouges. Avec ce titre, les moteurs de recherches comprennent très rapidement la thématique de votre page.

Le mot-clé que vous visez (“recette de crêpe aux fruits rouges”) apparaît dans le nom du fichier.

La présence de cette expression clé dans le nom de l’illustration aidera Google à savoir de quoi elle parle car, rappelez-vous, le moteur de recherche ne peut pas voir une image comme un être humain (du moins, pas encore). Retenez que si le fichier est intitulé “xxx325670002.jpg“, vous n’aidez pas le robot à déduire la signification de la photo. Par conséquent, ce sera nuisible pour son référencement.

 

2. Optimiser la balise ALT

La balise Alt (ou texte alternatif) est, techniquement, un texte qui s’affiche lorsque l’image rencontre un problème d’affichage. Cela peut venir d’une incompatibilité avec le navigateur de l’utilisateur, par exemple.
Au-delà de cette fonction pratique, elle a un véritable intérêt SEO, étant lue par les moteurs de recherche.

Vous devez donc y indiquer vos principaux mots-clés, sans pour autant tomber dans le keyword stuffing. (placer des mots-clés sans cohérence). Décrivez votre image avec une phrase construite correspondant au contenu de la page. En d’autres termes, pensez à ce que la page apporte aux internautes.

Optimiser le texte alternatif d'une imageDans WordPress, le texte alternatif d’une image peut facilement être modifié depuis Médias > Bibliothèque.

Sachez également que la balise Alt est indispensable pour rendre votre contenu lisible par tous, dans un souci d’accessibilité web. En effet, elle est lue par les lecteurs d’écrans utilisés par les personnes malvoyantes ou non voyantes et permet ainsi de leur décrire le contenu de l’image.

 

3. Adapter le format de l’image

De manière générale, il existe 3 formats d’image à privilégier sur le web :

  • JPEG : format léger pour une bonne qualité. Il est très utilisé.
  • PNG : format qui assure l’effet de transparence de l’image, pour un logo par exemple.
  • GIF : format idéal pour créer des images animées

 

Ce sont les plus répandus, mais ce sont aussi ceux que les moteurs de recherche connaissent par coeur.

Pour être certain que toutes les informations contenues dans votre image soient lues par Google, préférez l’un de ces 3 formats. Ainsi, il est largement conseillé d’oublier les SVG, EPS et autres formats « dépassés » et difficilement lisibles pour les moteurs de recherches.

Le format WEBP est également plébiscité par Google depuis quelques années.

 

4. Ajuster la taille de fichier et de l’image

La vitesse et le poids d’un site web ont un impact sur son référencement naturel. C’est un fait, les grandes images alourdissent les pages web. Par conséquent, le traitement des dimensions de vos images est une étape à ne pas négliger.

Les dimensions de vos images

Lorsque vous téléchargez une image (par exemple une photo libre de droit) sur internet, celle-ci est généralement de très grande taille. Cela garantit une qualité maximale en cas d’impression ou d’autres usages. Toutefois, ces dimensions sont souvent inadaptées à un site web.

Donc, afin d’assurer la rapidité de chargement de votre site web, il est indispensable de redimensionner vos images, en amont.

Historiquement, on considère que 600 pixels est la largeur maximale d’une image sur le web. Les résolutions d’écran ayant évolué, ce n’est plus tout à fait vrai, mais cela reste un bon standard pour redimensionner vos photos.

Le poids de votre image

Tout comme les dimensions, le poids de vos images est très important. Des illustrations trop lourdes auront un impact négatif sur la vitesse de chargement de votre site web.

Si vous possédez Photoshop, vous pouvez réduire le poids de vos images par ce logiciel. Sinon, il existe d’autres logiciels d’édition gratuits.

 

Plusieurs formats existent selon l’utilisation des images :

  • Pour un e-commerce : la taille d’un fichier doit être inférieure à 70 Ko.
  • pour toutes sortes d’image : la taille du fichier ne doit pas dépasser 150 Ko voire 200 Ko MAXIMUM.

 

Vous devez garder en tête que la multiplication des images sur une page web réduit automatiquement la vitesse de chargement.

Pour aller encore plus loin et faire faire un régime express à vos images, vous pouvez également utiliser un outil de compression en ligne.

 

5. Intégrer une légende à votre image

La légende de l’image est très importante. Elle doit être pertinente, courte et claire. Elle doit aussi contenir vos principaux mots-clés et un champ lexical développant votre thématique.

Ajouter une légende permet, aussi, de contextualiser un peu plus votre image.

Dans WordPress, ces deux éléments peuvent être renseignés facilement depuis Médias > Bibliothèque. Précisons que, par défaut, le titre appliqué correspond au nom du fichier.

 

6. Optimiser les vignettes

Les vignettes sont les images miniatures qui apparaissent sur les pages catégories des sites e-commerces, par exemple. Elles ont pour objectif de présenter rapidement les produits. C’est aussi le cas pour les autres images des sites internet en dehors des boutiques en ligne. Elles représentent le contenu de votre page.

Néanmoins, il ne faut pas qu’elles occasionnent un ralentissement du chargement de votre page.

Voici comment optimiser vos vignettes :

Elles doivent être aussi petites que possible
Le texte de l’attribut alt doit être varié. Ne dupliquez surtout pas des textes déjà utilisés sur d’autres images de votre site web.


7. Ajouter la description longue de l’image

Tout comme la légende, la description longue de l’image ne va pas être lue directement par Google. En outre, elle est très utile pour les pages attachment.

Alors, vous devez ajouter une description à votre image avec les mots clés de votre page. Elle devra résumer la thématique de votre page de manière à attirer l’attention de lecteur.

 

8. Utiliser des sitemaps image

Les sitemaps aident à référencer vos images sur Google. Fréquemment, les sites web contiennent des images pop-up ou des galeries javascript, par exemple. Les crawler web (robots) n’ont pas la capacité d’analyser les images qui ne sont pas nommées dans le code source de la page.

Ainsi, en créant un sitemap XLM, vous pouvez répertorier l’emplacement de vos images. Par conséquent, les robots d’exploration seront informés des images non identifiées.

Deux options s’offrent à vous :

Insertion d’une ligne dans votre fichier robots.txt : vous indiquez le chemin d’accès à votre sitemap image.
Envoi du plan du site à Google à l’aide de search console.


Notre astuce

Vous avez pu constater que l’optimisation de vos photos, images et illustration est un facteur clé de référencement, aujourd’hui. Ainsi, pour assurer à votre site un bon classement dans les moteurs de recherches, cette étape ne doit pas être négligée.

De plus, l’amélioration des images est aussi bénéfique pour la vitesse et la performance de votre site, un facteur SEO important.

Le gouvernement injecte 20 millions d'euros dans l'Anssi pour renforcer L'AIDE des hôpitaux

05/09/2022

Le gouvernement injecte 20 millions d'euros dans l'Anssi pour renforcer L'AIDE des hôpitaux

Les minitres du numérique et de la santé s'y sont déplacés conjointement pour annoncer un budget supplémentaire de 20 millions d'euros à l'Anssi afin de renforcer l'accompagnement des établissements de santé.

 

Le ministre délégué au numérique Jean-Noël Barrot et le ministre de la santé François Braun se sont rendus au Centre hospitalier Sud-Francilien (CHSF) de Corbeil-Essonnes ce 26 août. Leur visite fait suite à la cyberattaque survenue le week-end dernier qui a fortement handicapé l'établissement. Il s'agit d'un (désormais classique) cas de ransomware, les pirates exigeant une rançon de 10 millions d'euros. L'hôpital fonctionne depuis en mode dégradé.

 


Lors de ce déplacement, les ministres ont annoncé une enveloppe de 20 millions d'euros qui devra permettre à l'Agence nationale pour la sécurité des systèmes d'information (Anssi) de renforcer son accompagnement des établissements de santé sur le territoire. Il faut dire que la liste des victimes commencent à se faire longue, avec notamment les hôpitaux de Dax, Vitry-le-François, Saint-Gaudens, ou encore de l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) parmi les victimes recensées.

 


En attendant, le CHSF a commencé à transférer ses patients à risque, c'est-à-dire ceux se trouvant dans un état instable ou nécessitant des soins importants. Les consultations, les soins programmés en hôpital de jour et les accouchements restent cependant assurés. Les consultations et accouchements restent assurés. On notera que cette vulnérabilité face aux attaques informatiques n'a pas été mitigée par le fait que le Centre hospitalier est relativement récent. Il avait en effet été inauguré le 23 janvier 2012. La sécurité informatique n'avait sans doute, comme souvent, pas été une priorité.

 

Source : www.usine-digitale.fr/

Date : 26/08/2022

Auteur : JULIEN BERGOUNHOUX

Google a contré la plus puissante cyberattaque de l’histoire

29/08/2022

Google a contré la plus puissante cyberattaque de l’histoire

Parmi les attaques informatiques les plus courantes, il y a les attaques par DDoS ou par déni de service distribué qui consistent à bombarder un service en ligne de requêtes afin de rendre celui-ci hors service. Mais fort heureusement, les protections disponibles pour faire face à ce type d’attaque sont également de plus en plus évoluées.

 

Par exemple, au mois de juin, Cloudflare a indiqué avoir pu mitiger une attaque de grande ampleur qui ciblait l’un des clients de son offre gratuite. Il s’agissait d’une attaque de DDoS HTTPS (le fait qu’il s’agisse d’une attaque HTTPS nécessite plus de moyens) qui a envoyé 212 millions de requêtes en 30 secondes.

 

Google parvient à contrer une attaque DDoS HTTPS à 46 millions de requêtes par seconde


Et récemment, Google a évoqué un nouveau record. Le premier juin, un client de son service Google Cloud a été la cible d’une attaque DDoS HTTPS avec un pic de 46 millions de requêtes par seconde. D’après les explications de la firme de Mountain View, c’est la plus importante attaque de ce type jamais enregistrée et elle était 76 % plus importante que celle qui a été contrée par Cloudflare.

 

Pour nous donner une idée de l’importance de cette attaque, Google explique que c’est comme recevoir le nombre journalier de requêtes de Wikipédia (l’un des 10 sites les plus visités dans le monde) en seulement 10 secondes.

 

Mais fort heureusement pour le client ciblé, les systèmes de protection de Google ont été en mesure de contrer cette puissante attaque DDoS. La protection Cloud Armor de Google Cloud a été capable de détecter cette attaque très tôt, ce qui a permis le déclenchement de mécanismes de protection.

 

« Cloud Armor a alerté le client avec une règle de protection recommandée qui a ensuite été déployée avant que l’attaque ne prenne toute son ampleur. Cloud Armor a bloqué l’attaque en veillant à ce que le service du client reste en ligne et continue à servir ses utilisateurs finaux », assure la firme de Mountain View.

 

« L’équipe de sécurité réseau de notre client a déployé la règle recommandée par Cloud Armor dans sa politique de sécurité, et elle a immédiatement commencé à bloquer le trafic d’attaque », raconte également Google. « Dans les deux minutes qui ont suivi, l’attaque a commencé à monter en puissance, passant de 100 000 rps à un pic de 46 millions de rps. »

 

Selon Google, la taille des attaques va continuer à évoluer


Puis, comme Cloud Armor bloquait déjà le trafic d’attaque, le site du client a continué à fonctionner normalement. L’intensité de l’attaque a ensuite progressivement baissé, se terminant finalement 69 minutes.

 

« Vraisemblablement, l’attaquant a probablement déterminé qu’il n’avait pas l’impact souhaité tout en engageant des dépenses importantes pour exécuter l’attaque », estime Google.

 

Et si l’ampleur de cette attaque, dont un client de Google Cloud était la cible, est impressionnante, la firme prédit que la taille des attaques informatiques va continuer à évoluer. Ainsi, celle-ci la firme met en lumière la mise en place de protections adéquates, comme celles proposées par son offre cloud.

services

réseaux sociaux