5, Rue de Gutenberg - 15000 Aurillac

11, Avenue de Fondeyre - 31200 Toulouse

n'hésitez-plus

CARRY WEB est à votre écoute !

actualités

 

Retrouvez régulièrement des extraits de l'actualité du numérique selon plusieurs catégories de contenus. 

Réseaux sociaux

Liens utiles

 

Accueil > Actualités

"Le multimédia à portée de tous"

SUPPORT

11, Avenue de Fondeyre -
31200 Toulouse

5, Rue de Gutenberg -

15000 Aurillac

Rechercher un article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Blog Législations Réalisations Nouvelles Technologies Cyber Sécurité SEO Navigateur Web

Presence management, 4 leviers de visibilité indispensables

21/03/2022

Presence management, 4 leviers de visibilité indispensables

Êtes-vous satisfait des résultats que vous obtenez lorsque vous prenez votre téléphone portable et recherchez votre entreprise sur Google ? Si ce n’est pas le cas, c’est sans doute le moment pour votre entreprise de vous intéresser à la question du Presence Management.

 

Quelle que soit la qualité de votre entreprise, de vos produits ou de vos services, il y aura toujours un commentaire ou une critique négative qui pourra entacher votre réputation. Heureusement, avec une présence en ligne bien gérée, cette critique désagréable ne doit plus définir votre entreprise.

 

Mais surtout, c’est un excellent moyen d’augmenter votre référencement (surtout local), favorisant le comportement « Web-to-store ».

 

Qu’est-ce que le « presence management » ?

 

Pour commencer, définissons le presence management : c’est un ensemble de techniques consistant à gérer l’ensemble de votre image de marque en ligne, à attirer du trafic sur votre site Web et, in fine, dans vos points de vente physiques. Cela vous permet en fait d’avoir « une voix », de contribuer à faire vivre la conversation sur votre entreprise et, en fin de compte, d’influencer votre réputation en ligne.

 

Il s’agit aussi d’uniformiser toutes les informations sur vos points de vente et votre marque, garant de la confiance des consommateurs. Puisqu’une majorité des gens effectuent désormais une recherche locale sur leur smartphone afin de trouver un lieu à proximité, il s’agit par exemple d’être sûr que les informations sur les horaires d’ouverture sont constamment à jour : si quelqu’un se déplace chez vous, pensant que c’est ouvert, mais trouve porte close, sa confiance dégringolera.

 

Quels sont les objectifs du Presence Management ?

 

La gestion de la présence en ligne a trois objectifs majeurs : Tout d’abord, elle vise à améliorer « où » et « comment » votre entreprise apparaît dans les résultats de recherche. Avec un meilleur référencement naturel découlant d’une bonne stratégie de presence management, vous augmenterez le nombre d’avis clients. Cela permet enfin d’attirer de nouveaux clients dans vos points de vente et de générer davantage de trafic sur votre site internet.

 

Tous ces facteurs vous aideront à prendre le contrôle de votre présence en ligne et à stimuler votre visibilité, en attirant davantage de clients. Plongeons dans le vif du sujet.

 

Quels sont les leviers de visibilité ?

 

Le Presence Management comprend notamment la gestion des éléments suivants :

 

1. Le site Web de l’entreprise

Votre site web, c’est toujours la première impression que vos clients ont de votre entreprise. Il n’y a pas de place à l’erreur ici. Si les visiteurs n’aiment pas ce qu’ils voient, ils peuvent partir vers la page de votre plus proche concurrent.

 

Pour éviter ça, votre site web doit répondre aux critères suivants :

  • Un design responsive et mobile-first
  • Une description claire de votre activité avec un contenu pertinent utile et précis
  • Des témoignages de clients
  • Des mots-clés pertinents (pour le référencement)
  • Une navigation agréable
  • Un beau design et être esthétiquement plaisant.
  • Enfin, votre site web doit fonctionner rapidement !

 

C’est le point de départ pour attirer de nouveaux clients et leur donner toutes les informations importantes qu’ils doivent connaître pour choisir votre entreprise. Vous devez être vigilant et apporter des mises à jour à votre site Web si nécessaire. Puisque nous partons du principe que vous avez des points de vente, une page par adresse est par exemple nécessaire.

 

2. Le référencement local et les annuaires commerciaux locaux en ligne.

C’est la seconde base cruciale pour le presence management : pour faire bondir les comportements « web-to-store », figurer dans des annuaires professionnels est un passage obligatoire. Un annuaire liste les entreprises locales selon différents critères. Ces listes fournissent à leurs visiteurs des informations sur les entreprises inscrites : leur nom, leur adresse, leurs coordonnées téléphoniques, leur logo, les services offerts, les avis, ainsi que d’autres informations pertinentes comme le site internet. Certains permettent en un clic d’ouvrir le GPS du visiteur afin de le guider jusqu’à votre porte.

 

Les principales plateformes sont les suivantes :

  • Google My Business
  • Apple Maps
  • Bing
  • Pages Jaunes

 

Toutes vos informations sur ces listes doivent être exactes, mises à jour et cohérentes. Vous devez évidemment vous assurer que votre entreprise se trouve dans la bonne catégorie. Par exemple, si vous possédez une entreprise de maçonnerie, vous ne voulez pas apparaître lorsque quelqu’un recherche une boulangerie. Vous voulez diriger les prospects qualifiés vers votre site Web, ou votre point de vente.

 

Les consommateurs se tournent vers ces outils pour en savoir plus sur une entreprise. Si vous y présentez de fausses informations, les clients ne seront pas satisfaits.

 

Vous devez donc garder un œil sur toutes vos entrées, et vous assurer que les informations relatives à ces dernières soient constamment à jour, et changent lorsque votre entreprise change.

 

Plus vous fournissez d’informations et plus vous les mettez à jour, plus votre entreprise aura de visibilité. Si un établissement ferme une semaine, pour vacances, ou rénovation, ne laissez pas les horaires d’ouverture habituels sur ces plateformes, et n’oubliez pas de les rétablir à la réouverture !

 

3. Les pages de réseaux sociaux

Gérer plusieurs comptes de médias sociaux – en plus de tout ce que vous avez à faire – c’est beaucoup. Et souvent, ces derniers sont relégués au second plan : cependant, ils ne peuvent pas continuer à être ignorés, surtout pour les pages locales, qui ne sont que rarement très professionnelles. Vos profils de médias sociaux jouent un rôle important dans la gestion de votre présence en ligne.

 

Il est important que chaque page publie du nouveau contenu, suive les commentaires et même engage avec ses fans assez régulièrement.

 

Tout comme les avis, les clients et les prospects se tournent vers les profils sociaux pour en savoir plus sur votre entreprise et le type de services que vous proposez. Si vous faites la sourde oreille et ignorez vos fans, les gens le remarqueront.

 

Les médias sociaux sont également un endroit idéal pour mettre en avant vos commentaires positifs et faire la démonstration de vos services. Une image vaut mille mots, alors faites en sorte qu’elle compte.

 

4. Les avis clients

90% des consommateurs ont utilisé internet pour trouver une entreprise locale au cours de l’année écoulée, 33 % d’entre eux le faisant régulièrement. Ils tiennent évidemment compte des avis laissés par d’autres.

 

Vous devez répondre aux avis que vous recevez. Cela vaut pour tous les avis, positifs ou négatifs.

 

Les clients potentiels viennent pour savoir comment vous gérez telle ou telle situation. Parmi les consommateurs qui lisent les avis, 97 % lisent les réponses des entreprises à ces avis.

 

C’est l’occasion d’impressionner et de convaincre le client potentiel, mais ça montre également que vous vous intéressez aux retours des clients, et que vous souhaitez soit remercier un client pour son avis positif, soit rectifier une expérience négative, ce qui encouragera d’autres clients à laisser des avis à l’avenir.

 

Conclusion

 

Maintenant que vous connaissez les leviers sur lesquels jouer pour améliorer la gestion de votre présence en ligne, il ne vous reste qu’à mettre au point une stratégie efficace pour bâtir et choyer votre réputation numérique en en prenant le contrôle.

 

Jouer sur les facteurs hors site, tels que les annuaires ou les plateformes de réseaux sociaux, est essentiel pour votre présence en ligne. Ils peuvent être traités comme des canaux parallèles, le moyen d’attirer des clients et de fournir un lieu où les conversations, les commentaires et les mentions donnent le sentiment d’une conversation à double sens.

 

Cela vous fera comprendre dans quelle mesure ils font partie de votre entonnoir de vente, et comment le marketing de bouche à oreille est affecté par votre présence sur Google (et les autres).

 

Internet ne doit plus être considéré comme un canal publicitaire comme un autre, mais plutôt comme un complément à tous les autres canaux.

 

Donner à votre entreprise ou à vous-même (si vous êtes un indépendant) un coup de neuf au sujet de votre présence sur Internet peut vous aider à améliorer votre visibilité.

 

Le Presence Management permet d’améliorer l’image de marque, d’accroître l’accessibilité pour le client, d’élargir l’audience, de fidéliser la clientèle, d’obtenir des critiques positives…

 

Une bonne stratégie de presence management peut faire grimper vos ventes en flèche et améliorer considérablement la sympathie et l’image de marque de votre entreprise, de vos services, de vos produits.

 

Pour commencer à améliorer votre presence management dès aujourd’hui, commencez par améliorer votre site Web et son contenu, efforcez-vous d’être professionnel et poli, renforcez votre présence sur les sites de médias sociaux et occupez-vous des fiches laissées dans les différents annuaires comme Google My Business.

 

Source : www.codeur.com/

Auteur : Sébastien Turbé

Date : 21/03/2022

Pourquoi l'arrivée de Chrome 100 et Firefox 100 fait trembler Internet

13/03/2022

Pourquoi l'arrivée de Chrome 100 et Firefox 100 fait trembler Internet

Mis à jour quasiment tous les mois, Firefox et Chrome vont prochainement fêter leur 100e version. Actuellement, Firefox en est à sa 97e version, tandis que Chrome a déjà franchi le cap de la 98e version. Ce qui signifie qu'au rythme actuel, au printemps, les deux souffleront leurs 100 bougies. Sauf contretemps, c'est prévu le 29 mars pour Chrome, et le 3 mai pour Firefox.

 

Toutefois, ce ne sera pas forcément la fête pour certains éditeurs de sites... En effet, Bleeping Computer rapporte que Mozilla a déjà anticipé ce passage à la version 100, et le problème, c'est que certains sites, parmi les plus populaires, ne fonctionnent plus ! Et pas des moindres puisque nos confrères rapportent que Yahoo ! ne s'affiche plus, tout comme le player d'Eurosport et Slack. À la place, un message d'erreur qui explique que le navigateur utilisé n'est pas supporté par le site. La liste complète des bugs est disponible sur cette page.

 

Un problème à trois chiffres
La raison de ce couac comparativement avec celui du bug de l'an 2000 ? Ce nombre à trois chiffres : 100. En effet, lorsque l'on accède à un site web avec un navigateur, depuis un ordinateur, une tablette ou un mobile, le serveur a besoin de l'identifier pour afficher correctement le site. C'est la fonction User-Agent (UA). Elle détecte l'éditeur du navigateur (Mozilla, Safari, Opera...), son moteur de rendu (AppleWebkit, Gecko) et donc sa version.

 

En fonction de la « carte d'identité » du navigateur, le serveur renvoie la version la plus adaptée du site web. Par exemple, si vous surfez depuis un mobile, le serveur affichera une version optimisée pour un mobile, et non une version miniature de la version pour ordinateur. Le problème, c'est que cette fonction n'a pas été conçue pour les nombres à trois chiffres.

 

D'ailleurs, au départ, elle n'avait pas été non plus conçue pour les nombres à deux chiffres, et lorsque les navigateurs ont atteint la version 10 pour la première fois, il y a un peu plus de 12 ans, de nombreux problèmes avaient été découverts, et rapidement corrigés. Chez Firefox, comme chez Chrome, on a donc anticipé le problème et de nombreux tests sont en cours ; du côté de Google, on assure que la plupart des dysfonctionnements ont été corrigés. Mais, comme certains subsistent, il faut trouver une parade imparable.

 

Deux parades envisagées
Ainsi, les développeurs de chaque navigateur ont un plan B comme l'écrit Mozzilla sur son blog. Chez Chrome, il consiste à ajouter un indicateur pour fixer la version à 99 et signaler le véritable numéro de version majeure dans la partie dite « mineure » de la chaîne User-Agent. Virtuellement, il s'agirait de la version 99.100, en attendant de trouver une solution pérenne.

 

Du côté de Firefox, la stratégie est différente puisque l'on peut corriger, à la volée, le site qui ne s'affiche pas. En gros, lorsque le serveur ne parvient pas à s'afficher avec la version 100, le moteur de rendu bascule automatiquement sur la version 99.

 

Et Edge dans tout ça ? Comme le navigateur de Microsoft est basé sur Chromium, le même moteur utilisé dans Chrome, il sera aussi concerné par ce bug, et sauf correctif d'ici là, il pourrait donc passer à la version 99.100 pour éviter tout problème.

 

Source : www.futura-sciences.com/

Auteur : Fabrice Auclert

Date : 18/02/2022

Guerre en Ukraine et cybersécurité : vers une panne d’Internet en Europe provoquée par la Russie ?

27/02/2022

Guerre en Ukraine et cybersécurité : vers une panne d’Internet en Europe provoquée par la Russie ?

Face aux sanctions économiques, Vladimir Poutine risque de déchaîner son armée de hackers d’élite.

 

Le soir du lundi 21 février 2022, Vladimir Poutine a reconnu l’indépendance des régions séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine. Une déclaration dénoncée par l’UE, l’OTAN et le Royaume-Uni comme une grave violation du droit international, avec la promesse d’une réaction ferme. Les États-Unis ont annoncé de lourdes sanctions économiques.


Ces vives tensions internationales laissent craindre le déclenchement d’un conflit armé en Ukraine. Toutefois, en parallèle, un danger moins visible est celui d’une cyber-guerre mondiale.

 

Les hackers d’élite à la solde de la Russie vont probablement lancer une vague de cyberattaques sans précédent contre les infrastructures d’énergie, de finance et de communication de l’Ukraine et des pays occidentaux.

 

Les implications d’un conflit en Ukraine s’étendraient bien au-delà des frontières. De nombreuses entreprises seront affectées dans leurs opérations, tandis que la chaîne logistique risque d’être interrompue. La Maison Blanche a récemment tiré l’alarme concernant la dépendance de l’industrie américaine des puces électroniques au néon en provenance d’Ukraine.

 

En outre, la Russie exporte plusieurs éléments essentiels à la fabrication de semiconducteurs, de moteurs d’avion, d’automobiles, d’équipements agricoles et de médicaments. Alors que les chaînes logistiques subissent déjà la pression de la pandémie Covid-19, un choc supplémentaire pourrait être catastrophique.

 

Ukraine vs Russie : quelles conséquences pour la cybersécurité mondiale ?


Ce conflit représente probablement le plus grand danger de cybersécurité que les entreprises américaines et européennes aient jamais connu. Une invasion par la Russie entraînerait les plus lourdes sanctions jamais imposées au pays, qui percevrait ces mesures comme une déclaration de guerre économique.

 

En réaction, Vladimir Poutine risque de déchaîner sa cyber-armée. La Cybersecurity and Infrastructure Security Agency (CISA) a récemment alerté sur le risque de cyberattaques russes contre les réseaux des États-Unis, mais également contre les infrastructures essentielles. De même, la Banque Centrale Européenne avertit les institutions financières du risque de cyberattaques en cas de sanctions économiques.


En réalité, les cyber escarmouches ont déjà commencé. Les banques ukrainiennes et les systèmes du gouvernement ont été attaqués la semaine dernière, et de nombreuses entreprises américaines ont également constaté une hausse des cyberattaques. Ces offensives semblent liées au gouvernement russe, et sont identifiées comme des opérations de reconnaissance. Les sites clés de gaz et d’électricité ont régulièrement subi des tentatives d’intrusion au cours des derniers mois.

 

Plusieurs équipes spécialisées dans la sécurité et le renseignement au sein de grandes multinationales anticipent des cyberattaques russes avec un impact potentiel sur leurs opérations. Les entreprises directement liées aux banques nationales ukrainiennes ou autres infrastructures essentielles sont particulièrement menacées.

 

Même les entreprises n’ayant pas de présence en Ukraine ou en Russie suivent les recommandations de la CISA, par peur d’un impact indirect sur leurs clients ou leurs partenaires implantés dans la région…

 

Comment protéger son entreprise de la guerre en Ukraine ?


En termes de cybersécurité, les entreprises n’ayant pas pris la peine de se préparer au fil des dernières années risquent d’en subir les conséquences. Pour cause, la consolidation des cyberdéfenses requiert un investissement stratégique sur la durée. Elle ne se construit pas dans l’urgence du dernier moment.

 

Quoi qu’il en soit, il est impératif de considérer ce problème de cybersécurité comme une priorité pour votre entreprise. Préparez votre plan de continuité d’activité, en anticipant notamment un monde déconnecté d’internet et dépourvu d’accès à l’informatique. Cette situation pourrait durer plusieurs jours, semaines ou même quelques mois.

 

Lorsque Saudi Aramco fut frappé par une cyberattaque, 30 000 laptops d’entreprise ont été totalement désactivés en seulement quelques secondes. Il est donc impératif de se demander comment continuer à suivre votre inventaire, à gérer vos comptes et à communiquer si vos systèmes informatiques sont en panne.


Deuxièmement : examinez attentivement votre chaîne logistique. Prenez soin d’identifier une éventuelle dépendance cachée à des ingénieurs logiciels, des programmeurs ou des services hébergés en Ukraine.

 

Selon le ministère des Affaires étrangères ukrainien, plus d’une centaine des entreprises du Fortune 500 reposent au moins partiellement sur les services informatiques ukrainiens. Plusieurs firmes informatiques ukrainiennes sont dans le top 100 mondial des fournisseurs d’externalisation BPO pour les services informatiques.

 

Veillez aussi à vous connecter aux réseaux pair-à-pair, aux vendeurs ou au FBI pour augmenter vos chances d’identifier et de contrer une cyber-intrusion. Vos équipes doivent être en mesure de contacter les équipes de sécurité et de surveillance des entreprises pairs, et des partenaires gouvernementaux surveillant les mêmes menaces.

 

Un autre point important est d’instaurer un état d’esprit tourné vers la sécurité au sein de votre entreprise. Mettez en place des barrières de sécurité comme l’authentification multi-facteurs, la mise à jour des logiciels, le déploiement de mots de passe robustes, et la vigilance concernant les attaques au phishing ou hameçonnage. Ces mesures réduiront les risques de subir une cyberattaque.

 

Enfin, la cybersécurité doit être intégrée à l’activité de l’entreprise. Les équipes doivent travailler main dans la main pour évaluer et surveiller les risques de cybersécurité, de géopolitiques et de sécurité physique.

 

Source : www.lebigdata.fr/

Auteur : Bastien L.

Date de publication : 22 février 2022

Infographie : 6 Conseils pour une bonne arborescence de site web

20/02/2022

Infographie : 6 Conseils pour une bonne arborescence de site web

Des conseils avant tout de bon sens mais qui ne sont pas toujours suivis à la lettre sur de nombreux sites : concevoir une hiérarchie simple et efficace, créer une structure optimisée pour les URL, coder dans un langage simple, accéder les pages en un nombre de clics le plus faible possible, ajouter des éléments de navigation et développer le maillage interne.

 

Il s'agit ici des fondamentaux, bien sûr, chaque point pourrait d'ailleurs être creusé plus spécifiquement et mériterait certainement une infographie spécifique.

 

 

Voir l'infographie complète

 

Source : www.abondance.com/

Auteur : Olivier Andrieu

Date : 18/02/2022

Un tribunal allemand condamne l’intégration de Google Fonts dans un site

06/02/2022

Un tribunal allemand condamne l’intégration de Google Fonts dans un site

La divulgation non autorisée de l’adresse IP du demandeur par le site Web anonyme à Google constitue une violation des droits à la vie privée de l’utilisateur, a déclaré le tribunal, ajoutant que l’exploitant du site Web pourrait théoriquement combiner les informations recueillies avec d’autres données tierces pour identifier les « personnes derrière l’adresse IP».

La violation équivaut à la « perte de contrôle du demandeur sur une donnée personnelle à Google », lit-on dans la décision.

 

Pour rappel, Google Fonts about est une bibliothèque de services d’intégration de polices de Google, permettant aux développeurs d’ajouter des polices à leurs applications et sites Web Android simplement en référençant une feuille de style (CSS).

 

En janvier 2022, Google Fonts est un référentiel pour 1 358 familles de polices.

Pour rappel, Google Fonts about est une bibliothèque de services d’intégration de polices de Google, permettant aux développeurs d’ajouter des polices à leurs applications et sites Web Android simplement en référençant une feuille de style (CSS).

 

En vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’Union européenne, les points de données tels que les adresses IP, les identifiants publicitaires et les cookies sont comptés comme des informations personnelles identifiables (IPI), ce qui oblige les entreprises opérant dans le pays à demander l’autorisation explicite des utilisateurs avant de traiter ces informations.

 

En outre, le tribunal allemand a noté que « Google Fonts peut également être utilisé par le défendeur sans qu’une connexion à un serveur Google ne soit établie et que l’adresse IP de l’utilisateur du site Web soit transmise à Google », ce qui oblige les sites Web à héberger les polices localement.

 

En plus d’ordonner au site Web de cesser de divulguer l’adresse IP en intégrant la bibliothèque de polices, le tribunal a également exhorté la société qui gère le site Web à partager avec la partie concernée des informations sur le type de données personnelles qu’il stocke et qui est en cours de traitement.

 

La décision intervient quelques semaines après que l’Autorité autrichienne de protection des données (DSB) a statué que l’utilisation de Google Analytics par un site Web axé sur la santé appelé NetDoktor viole le règlement RGPD en exportant les données des visiteurs vers les serveurs de Google aux États-Unis, ouvrant ainsi la porte à une surveillance potentielle par les services de renseignement américains.

 

Source : arobasenet.com/

Auteur : Noel NGUESSAN

Date : 31 Janvier 2022

services

réseaux sociaux