5, Rue de Gutenberg - 15000 Aurillac

11, Avenue de Fondeyre - 31200 Toulouse

n'hésitez-plus

CARRY WEB est à votre écoute !

actualités

 

Retrouvez régulièrement des extraits de l'actualité du numérique selon plusieurs catégories de contenus. 

Réseaux sociaux

Liens utiles

 

Accueil > Actualités

"Le multimédia à portée de tous"

SUPPORT

11, Avenue de Fondeyre -
31200 Toulouse

5, Rue de Gutenberg -

15000 Aurillac

Rechercher un article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Blog Législations Réalisations Nouvelles Technologies Cyber Sécurité SEO Navigateur Web

Charles K. Kao et la fibre optique : « Les idées ne viennent pas toujours en un éclair »

08/11/2021

Charles K. Kao et la fibre optique : « Les idées ne viennent pas toujours en un éclair »

Pour les 88 ans de la naissance de Charles Kuen Kao, Google rend hommage à l'ingénieur dans son Doodle du 4 novembre 2021. Les travaux pionniers de cet ingénieur et éducateur ont permis l'invention de la fibre optique. Quelques extraits de son autobiographie nous donnent un aperçu de la manière dont il voyait son travail.

 

Google a choisi de fêter les 88 ans de la naissance de Charles K. Kao ce jeudi 4 novembre 2021, avec un Doodle spécialement créé pour l’occasion. Le moteur de recherche rend hommage à ce physicien et éducateur américano-britannique d’origine chinoise, né le 4 novembre 1933 et décédé le 23 septembre 2018, à l’âge de 84 ans. Comme le résume Google, il est « considéré comme le père de la fibre optique dont les innovations ont révolutionné la communication mondiale et jeté les bases de l’Internet haut débit d’aujourd’hui ».

 

LE JOUR OÙ L’AVENIR DE CHARLES K. KAO A « PRIS UN NOUVEAU TOUR »


Charles Kuen Kao est né à Shanghai en Chine. En 1953, il embarque à bord d’un paquebot afin de se rendre en Angleterre pour étudier l’électroélectronique — discipline qui consiste à appliquer les lois de la physique à la production et aux utilisations de l’énergie électrique. Il s’inscrit à l’école secondaire Woolwich Polytechnic School for Boys, dans l’Ouest londonien. « Je me sentais tellement chez moi là-bas qu’au lieu de postuler pour entrer dans les autres collèges plus prestigieux de l’Université de Londres, j’ai continué à étudier pour obtenir mon baccalauréat là-bas », écrit-il dans une autobiographie. Il obtient son diplôme d’électrotechnique en 1957.


Il se met ensuite en quête d’un emploi et rejoint Standard Telephones and Cables (STC), un fabricant britannique de téléphones, de télégraphes, de radios et de télécommunications. C’est une filiale de la multinationale américaine International Telephone & Telegraph (ITT). Après trois années dans cette filiale, il obtient un poste de professeur à l’université de Loughborough.

Cependant, ITT a cerné son potentiel et lui propose une offre pour l’inciter à rester : rejoindre le laboratoire de recherche Standard Telecommunication Laboratories (STL) d’ITT, à Harlow. « L’offre était trop belle pour la laisser passer, et mon avenir était destiné à prendre ce nouveau tour. Je suis resté chez ITT Corp, travaillant pendant les trente années suivantes dans divers endroits, au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Europe », raconte Charles Kuen Kao dans sa biographie.

 

UN ARTICLE RÉVOLUTIONNAIRE EN 1966


En 1966, Charles Kuen Kao et son collaborateur George Hockham, ingénieur britannique, publient un article remarqué dans IEE Proceedings. Ils y proposent que « des fibres fabriquées avec du verre purifié pourraient transporter un gigahertz (1 milliard de hertz) d’informations sur de longues distances à l’aide de lasers », résume Google dans sa présentation du Doodle. En 1974, Charles Kuen Kao et sa famille partent s’installer aux États-Unis, où il a travaillé dans l’usine d’ITT en Virginie.


Charles Kuen Kao continue de développer la technologie ébauchée dans l’article de 1966, qui s’annonce révolutionnaire : en 1977, le tout premier téléphonique transporte des signaux via des fibres optiques. « Dans les années 1980, les fibres optiques étaient posées à travers le monde en grandes quantités et l’industrie avait évolué pour devenir un géant. La capacité de communication avait augmenté de façon exponentielle », écrivait Charles Kuen Kao. Il prend la tête de toutes les activités de recherche et de développement chez ITT en 1982.

 

« LES IDÉES NE VIENNENT PAS TOUJOURS EN UN ÉCLAIR »

 

En plus de ses recherches, Charles Kuen Kao est aussi connu pour avoir consacré du temps à l’éducation. En 1987, il devient vice-chancelier de l’Université chinoise de Hong Kong, poste qu’il occupe pendant neuf ans. Il fonde également l’Independent Schools Foundation Academy. « À l’université, mon rôle était de créer un espace pour que les gens puissent grandir. Ce que j’ai essentiellement fait était de créer des situations dans lesquelles les gens aimeraient prendre des responsabilités », résume-t-il dans son autobiographie.

Ses travaux pionniers dans les années 1960 ont été récompensés en 2009 par un prix Nobel de physique. « Les gens m’ont demandé si l’idée est venue d’un coup, eurêka ! », écrit-il dans son autobiographie, diffusée sur le site du prix Nobel. « Je savais que nous avions besoin de beaucoup plus de bande passante et je pensais constamment à la façon dont cela pouvait être fait. […] Les idées ne viennent pas toujours en un éclair, mais par des essais et des erreurs qui prennent du temps et de la réflexion. »

 

Source : www.numerama.com/

Auteur : Nelly Lesage

Date : 04 novembre 2021

Pourquoi avoir un site vitrine pour votre entreprise ?

02/11/2021

Pourquoi avoir un site vitrine pour votre entreprise ?

Site vitrine : définition
Avant toute chose, il peut être utile de donner ici la définition d'un site vitrine.  Un site vitrine d'entreprise est tout simplement, comme son nom l'indique, un site qui fait office de vitrine pour les visiteurs. En d'autres termes, un site vitrine va délivrer des informations utiles aux internautes sur une entreprise, sans pour autant offrir d'interactivité avec l'internaute.

Le site vitrine d'entreprise est donc une source d'informations pour le consommateur, mais qui ne permet pas l'achat en ligne et ne nécessite donc pas une lourde logistique pour votre entreprise.

 

Créer un site vitrine : pour quelle entreprise ?
Un site vitrine professionnel sera avant tout dédié aux entreprises dont internet n'est pas le cœur de métier. En effet, un site vitrine ne sera jamais adapté à un marchand e-commerce ou à un prestataire de services en ligne, car il ne permet pas d'interagir avec le client/internaute. En revanche, créer un site vitrine sera idéal pour une entreprise locale qui cherche à délivrer des informations (horaires d'ouverture, tarifs, coordonnées, etc.) à des internautes curieux.

Un site vitrine restaurant sera par exemple un grand atout pour permettre aux clients de trouver facilement le numéro de téléphone de manière à réserver. Créer un site d'entreprise sera donc la bonne idée pour tout entrepreneur soucieux de disposer d'une présence en ligne. 

 

5 raisons d'avoir un site vitrine
Si vous ne comprenez toujours pas l'intérêt de la création d'un site vitrine, il nous reste 5 arguments imparables pour vous convaincre à créer un site vitrine.

 

Voici les 5 raisons d'avoir un site vitrine pour son entreprise :

  • Exister en ligne
    La première raison, et la plus évidente, est qu'un site vitrine vous offre une présence sur internet pour votre entreprise. Même si vous disposez d'une boutique, nombreux sont les consommateurs à vouloir se renseigner sur internet avant tout achat. Même vos clients réguliers s'attendront à ce que vous disposiez d'un site internet, ne serait-ce que pour accéder à vos informations utiles (contacts, heures d'ouverture, etc.). Avoir une présence en ligne est donc devenu indispensable si vous ne souhaitez pas vous couper d'une partie de votre clientèle.
  • Améliorer votre image et votre branding
    Au-delà de l'information factuelle et utile, un site vitrine délivrera également des éléments qui vous permettront d'améliorer l'image de votre entreprise. En effet, votre site vitrine, s'il est bien conçu, permettra de mettre votre entreprise en valeur, et d'améliorer votre image de marque. En plus d'exister sur internet, vous donnerez une excellente image aux internautes. Un site vitrine offrira quoi qu'il en soit une image professionnelle et sérieuse à toute entreprise, ce qui pourra évidemment déclencher des ventes.
  • Ne pas se faire doubler par la concurrence
    Si vous doutez de l'intérêt d'un site vitrine, sachez que votre concurrence directe a certainement déjà passé le pas. Vous croyez que la présence en ligne de votre concurrent ne lui sert à rien ? Détrompez-vous ! Imaginez que vous êtes le patron d'un magasin de bricolage, à Nantes. Un internaute dans le besoin s'empressera de taper la requête "Magasin bricolage Nantes" dans son moteur de recherche favori. Votre concurrent dispose d'un site vitrine et pas vous ? Soyez sûr que l'internaute en question n'apprendra jamais l'existence de votre entreprise et s'empressera d'aller chez la concurrence !
  • Toucher de nouveaux clients
    Comme l'exemple précédent le laisse clairement entendre, un site vitrine peut vous permettre de toucher aisément une nouvelle clientèle, et permettre à votre boutique de devenir plus populaire. Comment ? Tout simplement en attirant les internautes grâce aux moteurs de recherche ! Si votre site est correctement référencé grâce à du contenu web pertinent, les internautes qui chercheront les services ou produits que vous proposez tomberont forcément sur vous.  Tout cela sans que vous n'ayez à investir des milliers d'euros dans la publicité.  
  • Communiquer sans investissement, ou presque
    Nous arrivons enfin à notre dernière raison de disposer d'un site vitrine : son coût. Très peu coûteux, un site vitrine d'entreprise est durable et ne nécessite pas une veille constante. Contrairement à la publicité, qui nécessitera des dépenses lourdes et régulières, un site vitrine professionnel sera actif tout au long de l'année, sans vous ruiner. Votre site vitrine dispensera de l'information et des arguments commerciaux aux internautes sans même que vous ayez besoin de faire appel à un commercial. En d'autres termes, vous disposerez d'un moyen de communication d'entreprise 100% automatisé, sur lequel des prospects intéressés seront ravis de découvrir l'information qu'il leur faut.

 

A présent que vous êtes persuadé de l'intérêt d'un site vitrine pour votre entreprise, il ne reste plus qu'une chose à faire : passer le pas ! Et pour continuer à recevoir d'autres conseils sur les meilleures manières de communiquer à moindre coût, n'hésitez pas à vous abonner à la newsletter Access Com' ! Vous recevrez régulièrement de nouveaux articles et ne raterez plus aucun de nos conseils stratégiques.

 

Source : www.access-com.fr
Auteur : Valentin MOINOT
Date : 02 Novembre 2021

E-commerce : le site web en propre, levier d'une consommation engagée

25/10/2021

E-commerce : le site web en propre, levier d'une consommation engagée

Disons-le d’emblée, la pandémie n’a pas révolutionné les habitudes de consommation des Français, elle a plutôt accéléré un mouvement déjà bien amorcé, et au sein duquel, il n’est désormais plus pertinent d’opposer e-commerce et commerce physique.


Le e-commerce désormais ancré dans les usages 
Le Covid aura définitivement consolidé l’usage du numérique par les Français, en particulier en matière de shopping. Dans son baromètre du numérique 2021, l’ARCEP constate ainsi une envolée des achats en ligne : 76 % des individus achètent des biens sur internet, soit une augmentation de 14 % en un an. Parmi eux, 48 % le font au moins une fois par mois. 

Dans le vaste univers du e-commerce, le petit commerçant, désormais convaincu de l’importance d’une présence en ligne pour la réussite de son entreprise, dispose d’un large éventail de possibilités pour se lancer. En mars dernier, un an après le début de la crise sanitaire, 73% des PME avaient prévu de développer leur visibilité digitale*. Marketplaces, réseaux sociaux, sites de vente en propre… autant d’options qui répondent à des besoins différents.  

Cette dynamique se traduit conjointement par une hausse du nombre de sites marchands, à hauteur de 12 % par rapport à 2020, estime la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (FEVAD). Le secteur a atteint près de 30 milliards d’euros de chiffres d’affaires au 1er trimestre 2021, en augmentation de 14,8 % en un an. Avec une prévision de croissance de 2,7 % au troisième trimestre prévue par l’INSEE, le rythme ne devrait pas ralentir.


Bien choisir son canal 
La crise du Covid et la fermeture des commerces physiques qu’elle a engendrée a largement profité aux marketplaces : selon la FEVAD, les ventes réalisées via ces places de marché ont en effet progressé de +44 % au 1er trimestre contre +32 % pour les ventes réalisées par les sites en propre. 

Passer par l’intermédiaire d’une marketplace confère évidemment des avantages. Grâce à leur notoriété, ces plateformes donnent accès à un large public et mettent à la disposition des commerçants de nombreux outils de gestion pour présenter leur catalogue produit et assurer la livraison et les paiements. Pour les petits commerçants, la concurrence y est en revanche exacerbée. Elle s’exerce entre les vendeurs, mais aussi avec la plateforme éditrice, qui commercialise souvent ses propres produits. 

Autre ombre au tableau, et pas des moindres, les marketplaces prélèvent une commission sur les ventes réalisées, qui peut aller de 8 à 15 % selon les plateformes et les produits concernés. A cette pression sur les prix s’ajoute aussi une relative perte de contrôle de la relation client, qui peut être préjudiciable sur le long terme.


Le social-shopping, un canal complémentaire 
Le social-shopping, fruit de la rencontre entre e-commerce et réseaux sociaux, est une autre corde à l’arc des commerçants. Peu coûteux, il peut être un canal extrêmement intéressant en complément de la vente via une marketplace ou un site. 

La prise en main des réseaux sociaux dans cette optique de vente représentera sans doute un défi de taille pour les plus petits commerçants. Cette pratique avancée suppose de fait un investissement en temps et en argent pour saisir et intégrer les codes respectifs à chaque plateforme. Autant de compétences et de moyens qui manquent parfois aux plus petites structures. 

Plus classique, le site Web n’en reste pas moins un modèle qui a fait ses preuves, et qui est particulièrement adapté aux petits commerçants. Et ce à plus forte raison que l’accès à ce type de services est aujourd’hui largement démocratisé, y compris pour les commerçants qui n’ont pas de compétences en la matière.


Connaissance fine des parcours utilisateurs 
Il s’agit d’un des modèles les plus économiques pour fidéliser sa clientèle, puisqu’il évite d’avoir à payer à plusieurs reprises des frais d’acquisition ou d’intermédiation. Il offre aussi une connaissance plus fine des parcours d’achat de ses clients et un lien direct avec ces derniers.

Couplé à des campagnes de publicité géolocalisées, il devient par ailleurs un levier de soutien au commerce de proximité, comme ont pu l’expérimenter certaines librairies qui, en période de confinement, avaient mis en place un service de click & collect. 

Une dynamique locale qui s’inscrit dans le droit fil de l’aspiration croissante des Français à consommer de façon plus responsable et à soutenir les petits commerçants. Alors que 40 % des Français se disent prêts à changer leurs habitudes de consommation afin de soutenir les petits commerces, faire ses achats sur les sites des commerçants pourrait bien devenir un acte de consommation engagé.

 

Source : zdnet.fr
Auteur : Alexandre Hampe
Date : 12 Octobre 2021

Rançongiciels. 590 millions de dollars de rançons signalés aux USA au premier semestre

18/10/2021

Rançongiciels. 590 millions de dollars de rançons signalés aux USA au premier semestre

Les cyber-attaques de type rançongiciel se sont multipliées depuis le début de l’année dans le monde, et en particulier aux États-Unis. L’administration américaine a recensé un total de 590 millions de dollars de rançons demandées.

 

Quelque 590 millions de dollars de rançons liées à des attaques dites au rançongiciel ont été signalés au premier semestre par les établissements financiers opérant aux États-Unis, selon un rapport publié vendredi 15 octobre 2010 par le département américain du Trésor.

D’après le gouvernement américain, ce chiffre est supérieur de 42 % au montant signalé pour toute l’année 2020, ce qui illustre l’accélération de ce type d’attaques ces derniers mois.

Ces données, qui portent sur 635 signalements distincts, ont été compilées par le réseau de lutte contre la criminalité financière (FinCEN), qui dépend du département du Trésor. Il précise qu’elles ne portent pas forcément sur des rançons versées durant les six premiers mois de 2021, certaines pouvant être plus anciennes.

.

398 millions versés
Le total des sommes effectivement versées à titre de rançon durant le premier semestre se monte à 398 millions de dollars, réparties en 458 opérations différentes, toujours selon le FinCEN.

Une attaque au rançongiciel consiste pour des pirates à s’introduire dans le réseau informatique d’une entité, puis à en verrouiller les données. Les auteurs demandent ensuite aux responsables de cette entreprise, organisation ou administration de verser une rançon, le plus souvent sous forme de cryptomonnaies, en échange du déverrouillage.

Plusieurs attaques au rançongiciel ont fait la une des médias ces derniers mois, notamment celle qui a visé en juillet la société informatique américaine Kaseya. En attaquant cette entreprise, les pirates ont eu accès à plus de mille sociétés dont elle est prestataire dans le monde entier.

Début mai, une attaque avait pris pour cible l’entreprise américaine Colonial Pipeline, perturbant la distribution de carburant aux États-Unis. Elle avait provoqué une réaction musclée des autorités et une partie de la rançon versée, 4,4 millions de dollars, avant été récupérée.

Les attaques touchent des entreprises de tous secteurs et de toutes tailles, d’un hôpital de Mobile (Alabama) à une coopérative agricole de Mankato (Minnesota) en septembre.

Parmi les pays les plus frappés par ce type de cyberattaque, les États-Unis ont décidé de passer à l’offensive.

Fin septembre, le Trésor américain a bloqué, pour la première fois, les actifs d’une plateforme de cryptomonnaies (SUEX) soupçonnée d’avoir été utilisée par des pirates informatiques dans le cadre d’attaques au rançongiciel.

Cette plateforme est liée à des ressortissants russes et opère, selon plusieurs analystes, en Russie, considérée, avec la Chine, comme l’un des pays abritant la plus grande communauté de pirates informatiques utilisant le rançongiciel.

 

Réunion avec 31 pays
Vendredi, le département du Trésor a publié un guide pratique à destination des acteurs des cryptomonnaies leur rappelant leurs obligations en matière de lutte contre la criminalité financière, sous peine de sanctions.

"Le Trésor aide à stopper les attaques au rançongiciel en compliquant la tâche aux criminels qui cherchent à profiter de ces actes, mais nous avons besoin de partenaires dans le secteur privé pour nous aider à prévenir ces activités illégales", a déclaré le secrétaire adjoint au Trésor, Wally Ademeyo, cité dans un communiqué publié vendredi.

Washington a convié cette semaine, mercredi et jeudi, les représentants de 31 pays à une réunion dédiée au sujet. À l’issue de ce rassemblement, les délégations ont "reconnu" l’importance de la coopération internationale en la matière, notamment par le biais du partage d’informations relatives à des activités suspectes ou à des transactions financières douteuses.

L’administration Biden cherche ainsi à mieux coordonner la réponse aux attaques par rançongiciel, qui se sont multipliées ces derniers mois.

Par ailleurs, une proposition de loi actuellement en discussion au Congrès vise à obliger les entités visées par des attaques au rançongiciel à signaler, dans les 48 heures, le versement éventuel d’une rançon. Le principe du texte est soutenu par le gouvernement américain.

 

Source : ouest-france.fr
Auteur : Ouest-France
Date : 15 Octobre 2021

Top 16 des idées marketing à mettre en place cet automne

11/10/2021

Top 16 des idées marketing à mettre en place cet automne

Il est donc l’heure de mettre votre stratégie marketing aux couleurs automnales !

Comment ? Découvrez 16 idées marketing à utiliser en cette saison.

 

1. Organiser une vente « Bye bye l’été »
Fêtez le début de l’automne avec une vente spéciale « Adieu l’été ».

Voyez-la comme un grand ménage pour votre entreprise. C’est l’occasion de déstocker des invendus, tout en faisant plaisir à vos clients et prospects, avec des réductions exceptionnelles.

Si vous n’avez pas d’invendus, choisissez 1 à 3 produits phares de votre collection d’automne pour les mettre en promotion.

catalogue automne
 

2. Tirez parti de l’énergie de la rentrée scolaire
La fin de l’été marque le coup d’envoi de la rentrée des classes. Ouvrez la saison en lançant des initiatives marketing envers les écoles locales.

Soutenez les jeunes athlètes et autres événements locaux via du sponsoring, par exemple. Si vous vendez des vêtements pour femmes, vous pouvez vous associer à une équipe de foot féminine. Bonne idée, non ?

 

3. Promouvoir une semaine d’offres spéciales
À l’automne, les consommateurs aiment renouveler leur garde-robe et prendre de nouvelles résolutions. C’est donc le moment de lancer des offres à durée limitée.

Prenez une semaine et choisissez 7 produits différents. Faites la promotion d’un article par jour via votre newsletter et sur vos réseaux sociaux.

Commencez par teaser cette offre quelques temps avant son lancement, en lui trouvant un nom percutant. L’idée est de faire comprendre aux consommateurs que la semaine sera riche en promotions et événements, ce qui va les rendre plus attentifs à vos publications.

 

4. Publier des tutoriels adaptés à l’automne
Comment intégrer pleinement vos produits et services dans cette saison particulière ? Si vous vendez des aliments ou accessoires de cuisine, c’est le moment de proposer des recettes automnales : tarte aux pommes, velouté de potiron, ragoûts et plats mijotés aux légumes racines, etc.

Si vous travaillez dans le secteur de la beauté ou de la mode, vous devez absolument parler des tendances automne-hiver. Pensez à mettre les produits qui correspondent pleinement à ces tendances.

guide automne-hiver Bonobo
Septembre, c’est aussi l’époque de la rentrée des classes. Vous pouvez proposer des guides, des DIY et autres conseils pour accompagner les étudiants durant l’année scolaire (toujours en lien avec vos produits !).

 

5. Créer des boards Pinterest spécial automne
Pinterest est LE réseau social pour générer du trafic sur votre site internet, booster votre visibilité et vos ventes. Pensez aussi à adapter vos épingles à la saisonnalité !

Créez des boards d’inspiration automnale avec vos propres contenus, mais aussi ceux générés par vos consommateurs. Vous pourrez capter les internautes en quête d’inspiration pour la saison.

 

6. Toucher un nouveau public de niche
La journée de l’ours en peluche, la journée mondiale des programmeurs et développeurs, la fête des grands-pères ou des belles-mères… sont autant d’occasions d’élargir votre audience. Par ailleurs, ces journées spéciales sont idéales pour vous démarquer des concurrents en faisant preuve de créativité !

Pensez à surfer dessus sur vos réseaux sociaux, dans vos emails et dans vos actions marketing plus générales. Ces rendez-vous, peu communs, vont forcément interpeller vos prospects et clients, susciter leur curiosité et les pousser à découvrir vos offres spéciales.

 

7. Éviter la concurrence SEO
L’automne est une période chargée pour le référencement. Entre la rentrée, le Black Friday, le Cyber Monday, Halloween, l’approche des fêtes… C’est une période faste pour le marketing !

Les entreprises renforcent donc leur position sur les mots-clés grand public. Et elles se préparent plusieurs mois à l’avance ! Il va donc falloir ruser (ou faire appel à un expert SEO) pour trouver des termes à faible concurrence, populaires durant l’automne.

Si vous vous y prenez maintenant, il sera trop tard pour profiter des bénéfices du référencement naturel. Par contre, vous pourrez miser sur une stratégie SEO payante pour renforcer votre visibilité, attirer du trafic qualifié et booster vos ventes.

 

8. Se préparer pour les dates importantes de l’automne
Nous l’avons dit précédemment, l’automne est une période riche en rendez-vous. Établissez un calendrier dès maintenant, pour lister les dates importantes pour votre activité. Pensez aussi aux journées spéciales et aux temps forts de votre entreprise, pour rythmer votre plan marketing automnal.

Créer un calendrier vous permettra de n’oublier aucune date importante, d’anticiper vos actions marketing et d’améliorer vos performances.

 

9. Donner une touche automnale à votre programme de fidélité
Fidéliser vos clients est essentiel pour la pérennité de votre entreprise. Pensez à rythmer votre programme de fidélité en fonction des saisons, pour conserver l’intérêt de vos abonnés, mais aussi inciter les autres consommateurs à s’y inscrire.

En automne, vous pouvez offrir des incitations supplémentaires en proposant plus de points ou de cadeaux. Bien entendu, ces derniers devront être liés à la saison

Contactez jusqu'à 400 clients/mois

Inscrivez-vous sur Codeur.com pour être alerté lorsqu'un client recherche un prestataire avec vos compétences.


10. S’associer à d’autres marques
L’automne est une saison propice à la consommation de certains produits : boisson chaude, crème hydratante, vêtements de mi-saison, agendas et organiseurs, compléments alimentaires… Réfléchissez aux marques avec lesquels vous associer pour créer des campagnes doublement percutantes (concours sur Instagram, articles de blog croisés, live Facebook, challenge TikTok, etc.) !

Par exemple, si vous vendez du thé, vous pouvez contacter des marques de cosmétiques pour lancer un grand concours ou co-vendre des produits. Les consommateurs adoreront sûrement déguster une bonne tasse de thé, tout en laissant poser un masque hydratant.

 

11. campagnes emailing à envoyer cet automne
L’automne, une saison propice pour vos campagnes emailing ! Pourquoi ? Avec la météo, vos destinataires passent plus de temps à l’intérieur, à profiter des instants cosy, avec une tasse de thé chaud et des cookies… tout en surfant sur le web. C’est l’occasion de capter leur attention, d’engager la conversation et de créer des liens qui vont durer jusqu’à la fin de l’année (une période riche en achats !).

Alors, go ! Cap sur 6 idées de campagnes à envoyer cet automne…


12. Engager les nouveaux abonnés de l’été
Avec votre stratégie marketing estivale, vous avez certainement gagné de nouveaux abonnés. Après l’excitation des vacances, le désir pour votre marque peut vite retomber dans le tourbillon de la rentrée. Ne laissez pas tomber vos nouveaux prospects, au contraire, servez-vous de l’automne pour approfondir votre relation avec eux.

Pour maintenir l’engagement pendant cette nouvelle saison, envoyez-leur :

  • Un nouveau message de bienvenue
  • Une enquête pour mieux connaître leurs attentes et leurs besoins (ce qui vous aidera à les segmenter également)
  • Des teasers de vos nouveaux produits ou de nouvelles fonctionnalités à venir
  • L’histoire ou les engagements de votre marque
  • Les actualités du secteur
  • Des conseils pour survivre à la rentrée et à la fin d’année
     

13. Re-présenter les fonctionnalités de votre produit
Avec la reprise du travail, l’automne est une période où de nombreux consommateurs tournent la page. Ils commencent un nouveau régime, reprennent le sport, apprennent une nouvelle langue ou changent leur décoration intérieure.

Vu qu’ils souhaitent essayer de nouvelles choses, c’est l’occasion de rappeler les fonctionnalités moins utilisées de votre produit ou service. Revenez sur les principaux avantages et la plus-value qu’elles apportent au produit.

Dans vos emails, incluez des liens vers des articles de blog et des tutoriels qui détaillent l’utilité de ces fonctions, pour leur donner envie de franchir le cap.

 

14. Promouvoir Octobre Rose
33 % des consommateurs achètent auprès de marques actives sur le plan social ou environnemental.

Ça tombe bien ! Octobre est le mois de la sensibilisation au cancer du sein. De nombreuses entreprises profitent de l’occasion pour faire une bonne action… et incitent leurs clients à faire de même. Elles reversent un pourcentage de leurs ventes à une association de lutte contre le cancer du sein, ou vendent des produits dont les bénéfices iront pleinement à ces organismes. L’objectif est de sensibiliser le public à cette cause, tout en valorisant l’engagement social de votre entreprise.

Le mois d’octobre offre aussi l’occasion de revenir sur vos engagements pour les causes féministes. En plus de valoriser vos actions, vous pouvez mettre à l’honneur les femmes de votre équipe, dans votre newsletter.

 

15. Mettre vos campagnes aux couleurs de l’équipe locale
L’automne est aussi le retour des activités sportives. Ligue 1 ou TOP 14, c’est le moment de mettre à l’honneur la ville ou la région où se situe votre entreprise.

Utilisez les couleurs à leur effigie dans vos emails, ou utilisez la mascotte locale. Vous pouvez aussi mettre en avant les endroits à visiter et les bonnes adresses de votre région.

Si vous avez des abonnés dans tout le pays, segmentez votre public par zone géographique. Envoyez un email de soutien aux équipes respectives en prenant soin d’intégrer les slogans ou autres codes populaires dans l’objet.

 

16. Donner des conseils pour les activités de plein air
L’automne ne signe pas l’arrêt des activités extérieures. D’autant plus si le soleil reste au rendez-vous… Par ailleurs, de nombreuses personnes prennent des congés à cette période et s’adonnent au camping, aux randonnées, aux visites touristiques, etc.

Vous pouvez poursuivre votre communication estivale en montrant comment vos produits ou services les accompagnent durant les congés. Et pour capter l’attention de tout le monde, veillez à ce que vos astuces fonctionnent aussi bien pour des vacances que pour des week-ends (prolongés ou pas).

 

17. Envoyer des guides cadeaux pour les fêtes de fin d’année
Noël se prépare de plus en plus tôt. En démarrant vos campagnes de fin d’année dès maintenant, vous prenez de l’avance sur vos concurrents !

Pourquoi ne pas envoyer un guide d’achat et de cadeaux pour Noël, dès octobre ? Cela vous permettra d’attirer du trafic sur des pages ciblées, qui ont besoin d’être référencées rapidement.

Dans vos emailings, commencez aussi à teaser vos offres pour la saison des fêtes. Vous pouvez envoyer un sondage à vos abonnés pour connaître leurs projets, mais aussi les produits qu’ils veulent offrir. Cela vous permettra d’optimiser vos campagnes marketing en ciblant les articles les plus susceptibles de plaire à vos prospects et clients.

 

Conclusion
L’automne est l’occasion d’approfondir la relation avec vos contacts, tout en préparant la fin d’année. Profitez de cette période pour offrir vos conseils (comme toujours !), conserver l’engagement de vos prospects et fidéliser vos clients. Vous récolterez les fruits de ce travail à la période de Noël !

Laissez parler votre créativité pour transformer l’automne en opportunité marketing. Bien entendu, n’oubliez pas de mettre votre marque dans le même mood que vos consommateurs, en adaptant le design à cette belle saison.

Faites place aux couleurs jaunes et orangées sur votre site internet et vos réseaux sociaux pour optimiser l’expérience de vos utilisateurs.

 

Source : codeur.com
Auteur : Céline Albarracin
Date : 22 Septembre 2021

services

réseaux sociaux